Après l’agro-alimentaire – Le Groupe Mimran se lance dans l’industrie minière

Après l’agro-alimentaire (Grands moulins de Dakar, Grands moulins, Compagnie sucrière sénégalaise) d’Abidjan le Groupe Mimran se lance dans les mines. Il a en effet  obtenu il y a  quelques mois un permis de recherche pour phosphates de chaux et substances connexes dans les régions de Diourbel, Fatick et Kaolack. C’est un arrêté ministériel en date du 15 juillet et signé par le ministre Aly Ngouille Ndiaye en charge des mines et de l’Industrie ; il porte le numéro 13834 .

Le Groupe Mimran dont le siège social dakarois  est au 18, Boulevard de la République (le siège principal est en Suisse), dispose désormais d’un périmètre de 2016 Km2. Il est le deuxième employeur du pays après l’Etat.

Le périmètre de recherche dont la superficie est réputée égale à 2016 Km2. Selon une source  sure membre de l’administration fiscale, le montant minimum de l’engagement des dépenses durant la première période de validité du permis de recherche est fixé à un million cinq cent mille (1.500.000) dollars US soit 830 millions de F Cfa.

La chaux est utilisée principalement pour la fabrication d’engrais et dans le bâtiment, entre autres…

Le permis de recherche est accordé pour une durée de trois (03) ans à compter de la date de signature du présent arrêté. Il est renouvelable deux (02) fois pour des périodes consécutives n’excédant pas trois (03) ans chacune, à condition que la société ait satisfait à ses engagements de travaux et de dépenses.

Toutefois, le permis de recherche sera annulé pour l’un des motifs ci-après : non payement des droits d’entrée fixes ; activité de recherche retardée ou suspendue pendant un (01) an sans motif valable ; non respect des engagements et obligations définis dans la convention minière signée en application de l’article 22 du Code minier et de l’article 24 de son décret d’application ; non respect des règles d’hygiène et de sécurité pouvant mettre en danger la vie des travailleurs, des populations et des animaux ; – non renouvellement du permis de recherche dans les délais légaux.

Mais le gouvernement précise  qu’outre les documents périodiques exigés par la législation minière en vigueur, le Groupe Mimran doit fournir au Directeur des Mines et de la Géologie, conformément à l’article 116 du décret d’application du Code minier, des rapports trimestriel et annuel d’activités :

Echaudé par les nombreuses expériences de projets miniers ayant mal tourné (dont leplus retentissant est Arcelor Mittal , le gouvernement a fixé un certain nombre de préalables au Groupe Mimran quelilgnedirecte.sn a pu consulter. Il s’agit du détail du personnel par activités ; le nombre de journées œuvrées ; le nombre de journées de travail par catégorie ; le nombre d’emplois permanents et temporaires ; la masse salariale versée par domaine d’activité ; les activités géologiques, géophysiques, géochimiques et minières (descriptif, quantité, nature et statistiques des travaux effectués) ; l’état d’avancement des travaux ; les résultats obtenus (cartographie, analyses chimiques, géochimiques, géophysiques, sondages et gestion de l’environnement avec leur localisation sous forme de cartes, logs et sections) ; le cas échéant, un rapport de fin de campagne  et un rapport annuel en cinq (05) exemplaires originaux.

Enfin, le Groupe Mimran est assujetti au paiement des droits d’entrée fixes d’un montant de cinq cent mille (500.000) F CFA au niveau du Service Régional des Mines et de la Géologie de Kaolack.
 

Source: 
Lignedirecte.sn

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags