Chambre criminelle de Kaolack : Gallo Sy condamné à 5 ans de travaux forcés pour meurtre

La Chambre criminelle de la Cour d’Appel de Kaolack a condamné Gallo Sy à cinq ans de travaux forcés pour meurtre sur la personne de son ami Ibrahima Bâ à la suite d’une soirée arrosée dans un bar dans la localité de Gainth Pathé, dans la région de Kaffrine.

Après trois journées de renvoi pour diverses raisons, la Chambre criminelle de la Cour d’appel de Kaolack a tenu sa première audience ce jeudi. Dans le box des accusés, Gallo Sy, poursuivi pour meurtre sur la personne d’Ibrahima Bâ.

Les faits se sont déroulés le 15 juillet 2012 à Gainth Pathé dans la région de Kaffrine. Ce jour-là, Gallo Sy était venu prendre de l’alcool avec ses amis dans un bar de ladite localité. Il se paie deux litres de whisky. Selon ses dires, Ibrahima Ba lui demanda de l’offrir un verre comme il en a fait pour les autres. Après un refus, son interlocuteur commence à l’insulter. « Ce qui m’a fait mal. Je lui ai dis d’arrêter et il a continué à proférer des insultes à mon endroit », a rappelé l’accusé à la barre. C’est au cours de la bagarre qui s’en est suivie que Gallo Sy a asséné cinq coups de couteau à Ibrahima Bâ qui a fini par rendre l’âme.

À la barre, l’accusé est resté sur sa stratégie de défense. Il soutient qu’il n’avait pas l’intention de donner la mort à son ami qu’il avait l’habitude de retrouver dans ce bar. Interpellé par le procureur général sur l’acharnement dont il a fait preuve avec des coups de couteau répétés, il brandit la légitime défense. Mieux, il affirme que son antagoniste Ibrahima Ba détenait aussi un couteau.

Me Boubacar Dramé, le conseil de la défense, s’engouffre dans la brèche. Il a réclamé la disqualification des faits en homicide involontaire.

Dans son réquisitoire, le procureur soutient que l’accusé avait bel et bien l’intention de donner la mort parce qu’il n’a reçu aucun coup couteau dans la mêlée mortelle.

Ajoutant que même s’il était ivre comme il l’affirme, il avait la maîtrise qu’il faut pour porter les coups de couteau fatidiques. Selon le représentant du ministère public, les circonstances du meurtre démentent la thèse de la légitime défense brandie par l’accusé et son conseil. D’autant que, selon lui, son forfait accompli, Gallo Sy a pris la fuite avant d’être appréhendé à Mbar dans le département de Gossas.

Autant d’éléments accréditant, selon le procureur général, le meurtre. C’est ainsi qu’il a requis dix ans de travaux forcés à l’encontre de l’accusé. La cour, après délibération, a condamné Gallo Sy à cinq ans de travaux forcés pour coups et blessures volontaires.

Elimane FALL
 

Tags: 
Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags