Désenclavement : Les travaux de la piste Kaffrine-Nganda, Koutango-Keur Saloum lancés

A près l’étape de Linguère, l‘équipe de supervision du Pudc dirigée par son directeur national, Cheikh Diop, s’est rendue dans les localités de Koutango et Kaffrine pour s’enquérir du démarrage des travaux des pistes Koutango-Keur Saloum d’une distance de 29 kilomètres et de Kaffrine-Nganda distant de 35 kilomètres. La réalisation de ces deux pistes, d’un montant de 2 milliards de FCfa, « permettra aux populations rurales, aux paysans, de pouvoir écouler leurs productions dans les centres commerciaux, dans les marchés de ces différentes zones », de l’avis du directeur Cheikh Diop.
Sur place, on pouvait facilement constater que les travaux ont effectivement démarré. « Comme nous sommes à la fin de l’hivernage, les sites sont accessibles. Les entreprises ont pu mobiliser le matériel pour commencer les travaux sur ces tronçons qui sont d’une importance capitale dans les deux régions que sont Kaolack et Kaffrine », a expliqué le directeur national du Pudc, Cheikh Diop. Pour lui, qui dit pistes rurales en milieu rural dit aussi amélioration de la mobilité des populations en monde rural, meilleure circulation des biens et des personnes. C’est pourquoi il assure que la construction de ces pistes permettra aux populations rurales, aux paysans, de pouvoir écouler leurs productions dans les centres commerciaux, dans les marchés de ces différentes zones. « Nous sommes dans le Saloum et le Ndoukoumane, donc au centre du bassin arachidier, et Dieu merci, cette année nous avons eu un très bon hivernage, donc d’importantes productions agricoles. Et ceci dans le cadre de la mise à niveau de toutes ces zones pour les doter de plus d’infrastructures rurales de qualité pour leur permettre de participer à l’effort d’émergence que nous tous nous voulons à l’horizon 2035 », a soutenu le directeur national du Pudc. « C’est là, a-t-il poursuivi, qu’il faut situer l‘action du Pudc, tel que voulu par le président Macky Sall, visant à désenclaver toutes ces zones, leur donner l’opportunité d’accéder au marché, pour un essor de ce monde rural ».
A Koutango, localité qui attend d’être reliée à Keur Saloum sur 29 kilomètres de pistes, le chef de village, Mbaye Dème, a estimé que c’est une bonne chose. « La route va créer des emplois et atténuer nos difficultés de déplacement. La zone est pleine de ressources naturelles (sel), il y a aussi du maraîchage et la réalisation de ce tronçon va contribuer à en faire profiter tout le monde », a-t-il détaillé. Le tronçon, a-t-il ajouté, va assurer la mobilité qui est synonyme de développement. « Nous voyons aujourd’hui que nous existons. Nous sommes obligés de faire un grand détour par Kaolack pour nous rendre à Keur Saloum Diané (à 29 km de là). Avec cette piste, ce sera un vieux souvenir », a-t-il témoigné. Techniquement, ce sera une piste de 6 mètres de large avec une couche de 20 cm de latérite. En fonction des zones traversées, il y aura des ouvrages de franchissement. Pour les questions liées à l’environnement, du fait des deux forêts classées qui seront traversées par la piste Koutango-Keur Saloum, « des dispositions sont en train d’être prises avec le ministère de l’Environnement pour avoir les autorisations nécessaires. Le projet doit prendre sept mois et demi. Nous comptons terminer en mi-mai 2016 », a informé Mokhtar Seck, chef de mission et de contrôle des travaux de construction de la piste Koutango-Keur Saloum Diané.
Quant à la question de la main-d’œuvre locale, il a fait savoir que nous avons laissé des instructions pour le recrutement de la main-d’œuvre locale pour que les populations riveraines puissent bénéficier de l’emploi ». Et les populations de l’axe Kaffrine-Nganda (d’une distance de 35 kilomètres aussi en réhabilitation pour une durée de 15 mois) ne sont pas moins satisfaites du projet concernant leur localité. Ainsi, pour El Hadji Takha Diané, maire de la commune de Kayi (localité traversée par le tronçon Kaffrine-Nganda), dans le Pudc, le mot urgence a vraiment son sens. « Le président de la République a une forte volonté et il faut l’appuyer dans cela. Il fait du développement en mettant l’accent sur les infrastructures liées aux routes, à l’eau, à l‘électricité. Nous lui témoignons notre entière satisfaction » a-t-il renchéri.

Cheikh Diop, directeur national du Pudc : « Ces infrastructures viennent s’ajouter aux équipements distribués  »
Le directeur national du Pudc a indiqué que l’enveloppe qui a été dégagée pour ces deux tronçons tourne autour de 2 milliards de FCfa. « C’est important, car à ces importantes infrastructures viennent s’ajouter d’importants lots d’équipements qui seront distribués aux groupements de femmes dans le cadre du volet entreprenariat rural. Rien que le département de Kaffrine comptera 146 équipements », a informé M. Diop. En plus de ces équipements, de ces deux tronçons de pistes, a-t-il dit, nous allons faire un important lot de forages. Rien que Kaffrine bénéficiera de huit forages multi-villages pour améliorer l’accès à l’eau de toutes ces populations en milieu rural tel que voulu par le président Macky Sall, a-t-il assuré. Pour ce tronçon-ci (Kaffrine-Nganda, d’une distance de 35 kilomètres), le délai d’exécution est de 15 mois. D’ici mi 2016, fin 2016, les travaux de ces deux tronçons seront livrés aux populations, a-t-il fait savoir.

A. Diop

Source: 
Le Soleil

Commentaires

Toute ma population de kaffrine vs remercie monsieur le président MACKY SALL pour ces réalisations qui vise à l'épanouissement de la population kaffrinoise

Par Cheikhndiaye co... (non vérifié)

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Facebook Comments Box

Kaolack Tags