Financement de l’Afd : 26 milliards pour éclairer le sud-est du pays

Le ministère de l’Economie, des finances et du plan a abrité vendredi dernier une cérémonie de financement avec l’Agence française de développement (Afd). Ce prêt destiné à la réalisation d’un tronçon entre Kaolack et Tambacounda vise à améliorer la fourniture d’énergie dans le pays.

L’Agence française de développement (Afd) a mis à la disposition du Sénégal un prêt d’un montant de 26,2 milliards de francs Cfa. La convention a été signée le vendredi au ministère de l’Economie, des finances et du plan en présence du haut-commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg). Ce financement est destiné à la réalisation d’une ligne d’interconnexion électrique haute tension de 225 kv, en boucle de 1 677 km, entre les Etats membres de l’Omvg que sont les deux Guinée, la Gambie et le Sénégal, a expliqué le ministre de l’Economie, des finances et du plan, Amadou Ba. Le financement octroyé par l’Afd vient compléter le coût global du projet qui s’élève à 426 milliards de francs Cfa, mobilisés avec le concours de 6 autres partenaires techniques et financiers que sont la Banque islamique de développement (Bid), la Banque ouest africaine de développement (Boad), la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (Bad), la coopération allemande et le Fonds koweïtien de développement.

Selon l’ambassadeur de France à Dakar, son Excellence M. Christophe Bigot, ce prêt va permettre de financer le tronçon Kaolack-Tambacounda et de réaliser un transformateur à Tambacounda. «Le projet permettra, entre autres, d’échanger de l’énergie et d’améliorer la qualité de la fourniture d’électricité dans les pays membres de l’Omvg, de fournir une énergie renouvelable propre et à un coût compétitif et d’augmenter l’accès à l’électricité en élargissant le système d’échange et la création d’un marché régional de l’électricité», a ajouté Amadou Ba.

Ainsi, le Sénégal compte sur cet apport supplémentaire d’énergie provenant des barrages hydroélectriques de Kaléta et de Sambangalou pour mettre à la disposition des populations une énergie propre et en quantité, et surtout de faire baisser les prix de l’électricité à 60 ou 80f Cfa le kwh. «Le projet permet d’apporter 15% de la demande programmée d’ici 2020 et avec un coût deux fois moindre», a indiqué l’ambassadeur de France. En outre, la réalisation de cette boucle d’interconnexion va favoriser le désenclavement de la région sud-est du Sénégal dont le taux d’électrification rurale est plutôt faible. Déjà, le haut-commissaire de l’Omvg assure que les appels d’offres sont lancés pour un démarrage dès cette année des travaux de la ligne d’interconnexion et de la réalisation du barrage de Sambangalou. Selon M. Bigot, la France s’est engagée à hauteur de 130 milliards ces dix dernières années pour appuyer le redressement du secteur de l’électricité et de l’électrification rurale et en privilégiant trois axes prioritaires : le renforcement du mix énergétique, l’amélioration de l’accès à l’électricité et le développement de réseaux de transport et de distribution.

mamewoury@lequotidien.sn

Auteur: 
Mame Woury THIOUBOU
Source: 
Sud Quotidien

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags