Kaffrine/ Transport, renforcement du réseau routier et dispositif de contrôle routier. Omar Youm agite un faisceau de projets

Le ministre des infrastructures, transports terrestres et du désenclavement a effectué Samedi à Kaffrine une série d’actions liées au programme inclusif que son département envisage pour la région de Kaolack. Il s’agissait en effet de la pose de la 1ère pierre du bureau régional des transports routiers de Kaffrine (Brtr), du lancement du projet « Capp Karaangué », la visite aux dispositifs de brigades mixtes de contrôle de la sécurité routière en poste sur les entrées de la commune et celle du chantier de construction de la route Kaffrine/ Nganda. Par ce canal, le ministre Omar Youm voulait surtout toucher et agiter des paramètres essentiels au fonctionnement du système de transport dans cette partie du pays. A quelques semaines du prochain forum national sur le transport terrestre, le ministre des infrastructures, transports terrestres et du désenclavement a débuté sa visite du Samedi 2 Juin dernier par le lancement les travaux confortatifs de la gare des gros porteurs de Kaffrine, à comprendre la révision et rectification de ses portails d’entrée, surtout son extension dans l’espace pour lui permettre d’accueillir plus de véhicules dans ses périmètres. C’est pour présager la mise en service prochaine de cette aire de stationnement qui n’a jamais fonctionné depuis sa réalisation au milieu des années 2000 et lui restituer son utilité dans le transport. Ainsi prévue pour lutter contre le stationnement des gros porteurs en bordure de la route avec tout ce que cela comporte en matière d’insécurité par rapport à la survie de nos routes et même au niveau de la circulation, cette gare est ainsi renvoyée à une réfection intégrale pour générer de nouveau types d’emploi et permettre à la municipalité de Kaffrine de toucher enfin les  taxes de stationnement qui en découleront. Quelques instants plutart, le Ministre Omar Youm s’est exercé à la pose de la 1ère pierre du bureau régional des transports terrestres de Kaffrine, le premier bâtiment administratif du genre à être installé au Sénégal. Pour un coût d’investissement de 70 Millions de Frs, ce local est aussi allusion de loger l’administration du transport local dans des bâtiments fonctionnels, confortables et opérationnels dans le but de permettre aux personnels de délivrer avec toutes les qualités de service requises.

BITUMAGE DE LA ROUTE KAFFRINE/ NGANDA, LES TRAVAUX ACCUSENT 10 % DE TAUX D’EXECUTION

Débutés tout récemment en Avril dernier, les travaux de réhabilitation de la route Kaffrine/ Nganda sont aujourd’hui à 10 % de taux d’exécution. Un rythme très remarquable estime le ministre des infrastructures, transports et du désenclavement  qui visitait Samedi dernier les entreprises en charge de sa réalisation. Toutefois compte tenu de son importance multiforme, sa rentabilité au plan économique et le rôle fondamental qu’elle entend jouer sur le mode d’exploitation des 17 Kms du corridor Sénégal/ Gambie, le ministre Omar Youm a pour autant sollicité l’accélération de la cadence pour terminer les travaux et restituer cette route à la date échue, autrement dit dans les douze (12) prochains mois. D’un investissement de prés de 16 Milliards de Frs, cette bretelle transfrontalière va permettre non seulement de rallier les populations locales et lutter contre la pauvreté, mais donnera aussi les moyens d’asseoir une économie locale assez consolidée.

INTERDICTION DE LA TRANSFORMATION ARTISANALE DES VEHICULES

UNE MESURE DE LUTTE CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE

Déjà partagées en en réunion de Conseil des Ministres et ensuite validées par le président de la République, les mesures prises pour amortir le rythme fou des accidents mortels répétitifs sur nos routes vont bon train. En tout cas, c’est le peu qu’on a pu constater sur programme que le Ministre des infrastructures, transports terrestres et du désenclavement Omar Youm est entrain de défendre dans ses déplacements. L’interdiction de la transformation artisanale de certains véhicules au Sénégal est toutefois au centre des priorités du gouvernement dans sa croisade contre les accidents de la route et son envie de réduire au plus faible degré la mortalité sur les routes. Au Sénégal, beaucoup de véhicules font l’objet de transformation, sans aucun respect aux normes requises. D’autres véhicules sont transformés pour augmenter le nombre de sièges ou le volume de la marchandise transportée. Une infraction punie par la loi et qui n’est en aucun cas en conformité avec la réglementation routière. Selon le ministre Omar Youm, ceci est un phénomène qu’il convient d’éradiquer car source potentielle d’accident de la route. La seconde mesure prise est le port de la ceinture de sécurité. Ceci, non seulement pour protéger les chauffeurs, les passagers de manière générale, mais surtout pour réduire à 60 % les accidents mortels. Le ministre des infrastructures exige par ailleurs du côté des services de sécurité un contrôle de routine exigu du respect de ces mesures. Tout comme la gouvernance des permis de conduire dans notre pays. Car comme constaté, beaucoup de concitoyens sont autoritaires de permis de conduire hors norme. Des permis qu’ils ont souvent très facilement pendant une période où ils n’ont pas rempli tous les critères d’attribution. Il s’agit aujourd’hui de revoir les textes, le code de la route pour allonger le délai de la formation, mettre les chauffeurs dans des conditions psychologiques de pouvoir comprendre la responsabilité de la conduite, mais surtout dématérialiser le process pour mettre fin aux nombreuses manipulations. Dans ce faisceau de mesures, il convient également de limiter les véhicules importés. Beaucoup de congestionnement à Dakar et dans les capitales régionales car chacun à son propre véhicule. Et pour remédier à cette inondation, il est normal de mettre en place une pénalité pour lutter contre le flux de véhicules importés et renflouer les caisses de l’Etat.
 

Auteur: 
Abdoulaye FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags