Kaolack/ accusée par Baye Ciss d’avoir ordonné la suspension de ses travaux dans la commune. Le maire Mariama Sarr rétablit la vérité

Trés remontée contre le promoteur de « Ciss Business » Baye Ciss qui l’accuse lors d’une récente émission diffusée par une télévision de la place, d’avoir ordonné l’arrêt de ses travaux de construction d’un complexe multifonctionnel situé de l’autre côté de la ville derrière le Pont Bassirou Mbacké, le  Ministre de la fonction publique, de surcroît maire de la ville de Kaolack n’a pas attendu pour réagir. Profitant ainsi de sa traditionnelle cérémonie d’Arbre de Noël, le maire de la commune de Kaolack dit avoir mal accepté que de telles accusations sans fondement puissent être portées par quelqu’un se réclamant responsable. « Je ne renoncerai jamais à signer des papiers administratifs dûment constitués et renfermant toutes les normes de régularité. Surtout lorsque ces papiers engagent d’éventuelles ressources financières pour la commune. Autrement dit, je n’hésiterai jamais à régulariser des projets d’un coût d’investissement aussi important comme celui du promoteur Baye Ciss aujourd’hui chiffré à 32 Milliards et à partir duquel la mairie de Kaolack de facto doit bénéficier des 10 % c’est-à-dire 320 millions de francs pour financer d’autres projets similaires au centre de santé de Médina Baye dont les travaux ont déjà démarré » a lancé Mme Mariama Sarr à qui veut l’entendre. « Si par hasard » poursuit-elle, « le promoteur Baye Ciss a d’autres prétextes pour justifier l’arrêt spontané de ses chantiers de Kaolack, qu’il ait l’honnêteté de n’accuser personne comme auteur de ses désagréments et dégager toutes les responsabilités municipales de cette affaire. Car dans ce genre d’affaire, il est plutôt préférable pour le concerné de se départir des calomnies et autres fausses allégations et avoir l’assurance que ni le maire Mariama Sarr, ni quelqu’un d’autre parmi les travailleurs de la mairie est tributaire d’un lobby pour dissuader un promoteur venu avec les valises pleines ou priver la mairie certaines de ses ressources providentielles » a martelé l’édile de la commune de Kaolack. Toutefois elle a tenu à préciser que « tel que le confère la loi sur la Décentralisation, la mairie reste et restera permanemment  aux services des citoyens, tant qu’ils seront en phase avec les obligations conventionnelles ». Au-delà de la version donnée par le maire de Kaolack, il nous est aussi signalé que le soubassement dans toute cette affaire est que le promoteur est victime de la dernière boulimie foncière d’avant 2012. Alors qu’il était à la conquête d’une large assiette foncière capable d’accueillir ses projets, il a finalement bénéficié de la cession d’un grand nombre de terrains illégalement attribués. Ces espaces lui ont été vendus avec de fausses ordonnances et ne peuvent faire l’objet d’une quelconque régularisation par les autorités municipales.

Auteur: 
Abdoulaye FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags