Kaolack/ campagne nationale « Ubbi Tey Jang Tey » : La COSYDEP anticipe aux éventuels défis de l’école

La coalition des organisations en synergie pour la défense de l’Education publique (Cosydep) en collaboration avec les autorités académiques, partenaires techniques, financiers et autres acteurs de l’école, a poursuivi  hier à Kaolack sa campagne nationale de réflexions éducatives sous le thème « Ubbi Tey Jang Tey et engagement communautaire ». Cette rencontre qui, sur l’ensemble de ses villes d’accueil, est toujours présentée sous forme de panel, obéit ainsi à la volonté des participants d’anticiper cette année sur les questions à enjeux multiples ou la répétition d’éventuels conflits entre syndicats d’enseignants et pouvoir. Dans un sens plus large, il s’agissait surtout de partager avec les acteurs locaux et pousser de nouvelles réflexions alternatives afin de trouver des issues heureuses à certains programmes spécifiques à la qualité, la gouvernance, l’allocation et la gestion des ressources. Ainsi en mettant en route le nouveau concept « Nos vacances pour l’Ecole », les camarades du coordonateur national Cheikh Mbow disent vouloir créer un cadre de réflexions prospectives et des instruments d’analyse pour une meilleure maîtrise des problèmes rendant possible des actions pertinentes et efficaces dans le système éducatif sénégalais.  Ces panels sont au nombre de sept (7) et seront déroulés dans autant de capitales régionales. Une initiative qui a d’ailleurs été prise pour faire face à l’inefficacité du système qui est appelé à répondre positivement aux objectifs fixés à travers le cadre  d’action pour 2030. Il faut toutefois préciser qu’à l’instar des autres pays du monde, le Sénégal s’est engagé à prendre en compte toutes les exigences fixées lors du dernier forum mondial sur l’éducation tenu en Incheon ( Corée du Sud ) en Mai 2015. Mais malgré les nombreux efforts consentis ça et là par l’Etat et l’apport des partenaires techniques et financiers, ces exigences plombent. Car depuis quelques années, le système éducatif sénégalais est perturbé par des crises profondes. Les débrayages, grèves et autres marches pacifiques se succèdent de jour en jour et portent grand préjudice au quantum horaire, aux acteurs et courtisans de la paix dans les écoles. Un paradoxe pour certains, car malgré les énormes potentialités humaines que regorge notre pays et la largesse des ressources financières attribuées à l’éducation, le Sénégal peine toujours à connaître une année académique sans incidents.

Tags: 
Auteur: 
Abdoulaye Fall

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags