KAOLACK \ CELEBRATION DE LA FÊTE DE LA TOUSSAINT Abbé Pierre Dione s’inquiète de la facilité des meurtres gratuits au Sénégal

A l’instar des autres diocèses, Kaolack a célébré hier la fête de tous les Saints. Occasion saisie par le vicaire Abbé Pierre Dione  de revenir sur la fréquence des meurtres gratuits, de la politique et de la justice en Afrique.
La fête de tous les Saints a été célébrée hier. A l’instar des autres pays, le Sénégal a aussi célébré la toussaint. Dans l’archidiocèse de Kaolack, la messe commémorative a été dirigée par Abbé Pierre Dione, vicaire de la cathédrale Saint Théophile de Kaolack. Dans son homélie, il a appelé les fidèles chrétiens à faire certes de la politique mais de la politique autrement. « Si on ne fait pas de la politique, la politique nous fera. Faire de la politique ce n’est pas adhéré à un parti, mais de s’intéresser à ce qui vit dans   son pays. Nous savons que l’actualité internationale est dominée par les élections américaines qui se tiendront dans huit jours et aussi par les élections présidentielles de la France dans une échéance beaucoup plus lointaine.  Et les candidats qui sollicitent les suffrages des différents peuples proposent tous un projet de société qui se résume au bonheur auquel tout peuple aspire. Et les régimes se succèdent et les personnes qui les incarnent se succèdent aussi. Alors proposé un projet de société, c’est d’abord partir d’un bilan si on est de bonne foi  on essaie de voir les acquis à consolider et de proposer aux peuples d’aller de l’avant et  signaler ce qui n’a pas marché dans la façon de conduire les destinés du peuple. Nous savons qu’aucun projet de société proposé par l’homme n’est parfait. Mais il y a cet art de politique politicienne qui menace tous les peuples. Jésus propose un projet lui aussi dans lequel il propose des béatitudes. C’est un homme qui dit ce qu’il fait, et qui fait ce qu’il dit » martèle t-t-il. Dans un autre registre, Abbé Pierre Dione a évoqué la justice en Afrique.  «Nous savons que nos contemporains ont un sens aigu de la justice. Ils n’aiment pas qu’on fasse deux poids, deux mesures. Nous avons appris que trois pays africains viennent de sortir de la CPI. Et cela agite l’opinion internationale ; certaines disent oui, ils ont raison d’autres disent non, ils ont tort. Mais toujours est-il que la justice qu’il s’agit ici n’est pas une justice type, une justice distributive qui donne à chacun ce qu’il mérite » s’interroge-t-il. La gratuité des meurtres au Sénégal n’a pas échappé à la vigilance du vicaire pour qui, l’homme n’a pas le droit d’ôter la vie que Dieu lui-même a donné. « La paix est  un don de Dieu. Peut-être que nous sénégalais ignorons ce qu’est la paix. Rien que voir ce qui se passe en Syrie ou en Irak, on doit préserver ce que nous avons. On pense que les troubles, ça n’arrivent qu’aux autres, mais on oublie que les autres c’est nous. De temps en temps, il y a des troubles sociaux qui nous inquiètent comme la facilité à laquelle on livre dans ce pays à des meurtres tous azimuts. Aujourd’hui, on tue trop facilement au Sénégal et cela est inquiétant. Ce n’est pas à l’actif des terroristes mais entre nous. Il faut respecter la vie. Elle nous vient de Dieu» indique-t-il. Paix, stabilité et justice, un impératif pour une vie harmonieuse dans le christ, tel est le message du vicaire de la cathédrale Saint Théophile de Kaolack qui appelle les citoyens à l’amour de Dieu et au respect de la vie.
 

Tags: 
Auteur: 
MARIE BERNADETTE SENE

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags