Kaolack : des huiliers déplorent ’’la flambée’’ du prix de l’arachide

Des huiliers ont déploré, jeudi à Kaolack (Centre), la flambée du prix au kilogramme de l’arachide, pointant du doigt certains opérateurs qui préfèrent vendre leurs graines aux plus offrants.
"Sur un objectif de 140.000 tonnes, à ce jour, nous n’avons réceptionné que 3.210 tonnes. Une quantité très minime par rapport à l’objectif initial et par rapport aux campagnes précédentes à cette période", a déclaré, le chef du service achats-graines de SUNEOR, Ibrahima Dieng.
M. Dieng intervenait au cours d’un Comité régional de développement (CRD) consacré à l’évaluation de la présente campagne de commercialisation de l’arachide.
Selon lui, les graines d’arachide sont devenues depuis quelques temps "hors de portée et introuvables" pour les huiliers.
Le responsable de SUNEOR a renseigné que son entreprise n’était pas en mesure d’acheter des graines auprès des opérateurs privés stockeurs, en raison de l’arrivée tardive du financement promis par le gouvernement sénégalais dont une partie leur a été remise le 15 janvier dernier.
Ibrahima Dieng a, toutefois, indiqué que les 3,5 milliards de frs CFA reçus de l’Etat ont permis à son entreprise d’éponger toutes les dettes de ses créanciers et opérateurs.
"Nous avons relancé les opérateurs pour qu’ils nous livrent rapidement les graines. Malheureusement, ils nous disent que le prix du kilogramme d’arachide a augmenté en brousse jusqu’à 235 francs voire 250 francs. Des prix qui sont vraiment au-dessus de nos possibilités", a-t-il déploré.
"Cette situation empêche l’usine de Lyndiane de disposer de stocks de graines. Nous avons relancé notre direction pour qu’elle trouve une solution avec l’Etat afin de sauver cette campagne. Sans quoi, nous nous dirigeons vers un échec", a alerté le responsable de SUNEOR.
’’Notre difficulté majeure, ce n’est pas la disponibilité de fonds destinés à l’achat de graines. Mais, c’est plutôt la rareté des graines", a renchéri le représentant de l’usine COPEOL, Moussa Ndiaye.
Selon lui, "son entreprise qui avait pu collecter des graines auprès des opérateurs privés stockeurs au début de la campagne de commercialisation s’est vue tourner le dos par les opérateurs qui vendent leurs stocks à d’autres".
C’est la raison pour laquelle, COPEOL n’a pu acheter que 17.000 tonnes sur un objectif global de collecte de 150.000 tonnes, a-t-il poursuivi.
"Nous sommes dans une situation très inquiétante. Nous avons noué des contrats que nous peinons à honorer", a dit Moussa Ndiaye
L’adjoint au gouverneur de Kaolack chargé des affaires administratives, El Hadj Abdoul Aziz Diagne, qui a présidé le CRD, a expliqué que le prix au kilogramme est fixé à 200 francs CFA au niveau des points de collecte officiels.
"Dans les marchés hebdomadaires et autres points de collecte où règne la loi de l’offre et de la demande, les prix peuvent atteindre 250 francs CFA. On ne peut contraindre aucun sénégalais à vendre ou acheter au niveau des points officiels sauf s’il
est opérateur agréé", a-t-il fait savoir.
"Compte tenu de cela, j’ai tenu à inviter les huiliers à faire des efforts supplémentaires pour que leurs prix soient beaucoup plus attractifs, pour les amener à collecter beaucoup plus de graines", a plaidé l’adjoint au gouverneur.
 

Source: 
aps.sn

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags