Kaolack/ Fête du 1er mai. Le SYNAC réclame la formation de ses militants

Poursuivi cette année sous le signe d’un hommage solennel rendu à feu Pape Sèye Niang, leur défunt secrétaire général perdu en 2010, le défilé du syndicat national des chauffeurs du Sénégal (Synac) a surtout offert l’opportunité à son remplaçant Serigne Kouta et sa bande de présenter une plateforme revendicative où l’on a beaucoup insisté sur la formation des chauffeurs. Une revendication qu’ils jugent d’ailleurs importante dans la mesure où elle aidera à mieux assainir et promouvoir le secteur du transport au Sénégal. Mais qu’ils ont ensuite élargie sur les contentieux post accidents où les chauffeurs, de facto, sont directement traduits devant le juge et se voient leurs permis de conduire confisqués. Le Synac devant une telle situation réclame plus d’allégeance par rapport à cette loi et invite les décideurs à retourner à l’ancien système de règlement des conflits nés des accidents dits corporels où le chauffeur en question faisait l’objet d’un jugement par une commission disciplinaire. S’agissant cependant du système de transport, inter-états, le syndicat national des chauffeurs du Sénégal se dit favorable à la délimitation par frontière. Autrement, éliminer certains liens de partenariat établis sur le transport au niveau des corridors afin de pouvoir limiter chaque transporteur à la frontière de son pays et permettre à l’autre collègue du pays voisin de poursuivre le convoiement de la charge dans son pays. Et ceci pour mieux filtrer les produits importés et lutter méticuleusement contre la contrebande et l’importation des produits illicites.

Auteur: 
Abdoulaye FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags