Kaolack : les acteurs du transport veulent la modernisation du secteur

 Les acteurs du transport en commun de Kaolack ont exprimé, mercredi, le souhait de moderniser et professionnaliser le mode de fonctionnement des gares routières et le type de transport public jugé "trop informel", a appris l’APS.
Dans cette dynamique, l’ensemble des responsables de gares routières et regroupements de chauffeurs de la région ont pris part dans les locaux de la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de Kaolack (CCIAK) à une réunion d’information sur la nécessité de "moderniser" leur secteur d’activité.
"Dans ce combat nous voulons professionnaliser les acteurs du transport en commun pour que le client soit bien traité, qu’il reçoive un service de qualité à l’intérieur des gares routières qui deviendront des cadres propres et bien organisés", a expliqué Mor Guèye, responsable du transport interurbain à Kaolack.
"Kaolack est une région où transitent et circulent beaucoup d’étrangers dans nos véhicules de transport en commun. Donc nous devons fournir un service de qualité à ces derniers mais aussi aux sénégalais", a-t-il ajouté, assurant que l’Etat est à l’écoute pour nous appuyer dans cette initiative de modernisation.
M. Guèye a déploré le fait que "le Sénégal ait accusé trop de retard dans la modernisation et la professionnalisation du secteur du transport en commun par rapport à des pays de la sous-région comme le Mali, ou le Burkina Faso qui ont mis beaucoup d’efforts pour améliorer ce secteur".
Le président de la commission transport de la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de Kaolack (CCIAK), Abdoulaye Thiam, a indiqué que la modernisation du mode de transport en commun passe par un renouvellement du parc automobile.
Sur ce point, il a indiqué, que "les acteurs du transport en commun ont déjà l’appui de l’opérateur privé Serigne Mboup, par ailleurs président de la CCIAK qui propose de mettre à leur disposition des cars climatisés modernes et adaptés au transport en commun".
"Ces cars climatisés qui seront confiés à un comité de gestion ou un groupement d’intérêt économique (GIE) de dix personnes ne feront pas de surcharge de poids, et auront pour principe la sécurité des passagers", a-t-il expliqué.
M. Thiam a précisé que l’adhésion à ces GIE ne se limite pas seulement aux chauffeurs ou autres acteurs du transport en commun mais est ouverte à toute personne intéressée avec des modalités à définir ultérieurement.

AB/PON

Tags: 
Source: 
APS

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags