Kaolack : les nouveaux critères de création d’infrastructures sanitaires présentés aux autorités

Une mission du ministère de la Santé et de l’Action sociale a présenté vendredi les nouveaux critères et normes de création d’infrastructures sanitaires aux autorités administratives, sanitaires et locales de la région de Kaolack, a constaté l’APS.

’’Ces nouveaux normes ou critères, au nombre de trois, ont été établis par le ministère de la Santé et de l’Action sociale dans le cadre du processus d’élaboration de la nouvelle carte sanitaire nationale (2016-2020)’’, a expliqué Pape Ousmane Mbow, le chef de cette mission. Il s’exprimait au terme d’un comité régional de développement (CRD) consacré à la vulgarisation des nouvelles normes établies pour la création d’infrastructures sanitaires en vue d’une plus grande accessibilité des soins pour les populations.

Le CRD a été présidé par l’adjoint au gouverneur de Kaolack, Abdoul Aziz Diagne. ‘’Les nouvelles normes de création tiennent compte de trois critères dont le premier est en rapport avec la démographie, le deuxième avec la distance existante entre deux infrastructures sanitaires et le troisième tient compte de la territorialisation, c’est-à-dire d’un emplacement central et non excentré dans un territoire’’, a-t-il indiqué. ‘’En dehors de la présentation de ces nouvelles normes aux autorités de la région, a-t-il relevé, cette réunion a permis à notre mission de recueillir les besoins en infrastructures sanitaires, en équipements et en ressources humaines des populations locales, portés par les collectivités locales’’.

‘’Ces besoins exprimés, a expliqué M. Mbow, permettront à la Direction de la planification et des statistiques du ministère de la Santé et de l’Action sociale, en charge de la gestion de la carte sanitaire de faire le calage nécessaire, pour déterminer le nombre d’infrastructures sanitaires à autoriser pour la région de Kaolack dans le cadre de la nouvelle cartographie sanitaire.’’ Le médecin-chef de la région médicale de Kaolack, le docteur Doudou Sène, a expliqué que ces nouvelles normes dans leur ensemble permettent de faciliter davantage l’accès des populations aux postes de santé et aux infrastructures hospitalières de façon générale. Le docteur Sène a estimé que cette nouvelle politique de la cartographie sanitaire entre en conformité avec les objectifs de la couverture maladie universelle (CMU.

Selon lui, une chose est d’avoir des ressources financières, mais une autre est d’avoir la possibilité d’accéder aux structures de santé et les ressources humaines pour les faire fonctionner. Pour ce qui concerne les ressources humaines, dit-il, le ministère de la Santé et de l’Action sociale a octroyé plusieurs bourses d’étude à des étudiants en médecine, pour leur permettre de se spécialiser.

AB/ASG

Tags: 
Source: 
APS

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags