Kaolack lutte contre le terrorisme Imam Alioune Ndao, victime de ses prêches

 L’arrestation de l’imam Alioune Ndao occupe le centre de tous les débats dans la capitale du Saloum. Cet homme connu par ses prêches est depuis hier entre les mains de la gendarmerie. Ce paisible quartier de la périphérie de Kaolack a été hier le théâtre d’une arrestation musclée. L’horloge affiche 19h dans la demeure de l’imam Ndao sise au quartier Ngane de Kaolack. La maison ne désemplie pas. Des groupes de personnes foulards autour de la tête font des va et vient dans la maison de l’imam Alioune Ndao. Sur les visages, tristesses et consternations sont les sentiments les mieux partagés. Dans cette demeure qui est devenu le temps d’une journée la ruée de tous les kaolackois, la nouvelle de l’arrestation du secrétaire général de la ligue des imams et prédicateurs de Kaolack se repend comme de la poudre. L’ambiance est indescriptible. Des dizaines de personnes entrent et sortent de la maison avec des foulards autour du visage. Les proches gagnés par l’émotion tombent en syncope tandis que d’autres récitent des versets du courant pour s’en remettre à Dieu du drame qui vient de se produire sous leurs yeux. Des talibés perdus par la nouvelles, des fillettes désorientées, tel est le décor qu’offre le Dahra et maisons de l’imam Ndao. A première vue l’accoutrement des jeunes filles et des femmes attirent  l’attention. Elles ont toutes portées des bourhas laissant apparaitre que les yeux. Malgré, les difficultés du moment, Nogoye Ndao, la première épouse de l’imam tente de donner sa version des faits qui ont conduit à l’arrestation de son époux. D’une voix tremblante, Mm Ndao  tente de revenir sur le film de l’arrestation de son époux. L’horloge affichait environ 2h du matin se souvient-elle « quand j’ai vu une vive lumière à travers la fenêtre de ma chambre. Au même moment, quelqu’un tape à  ma porte. Je me suis levé, ils m’ont demandé d’ouvrir la porte. Je leur ai demandé pourquoi. Ils ont répondu qu’ils étaient des éléments de la gendarmerie. Je leur ai demandé de patienter mais ils se sont empressés de défoncer ma porte. Quand je suis sortie, ils m’ont demandé de leur montrer la chambre de mon époux. Ce que j’ai fait. Mais une fois devant la porte, quatre éléments m’ont escorté et les autres ont défoncé la porte pour entrer dans la chambre de mon époux » relate-t-elle. Dans cette ambiance électrique, les témoignages sur l’arrestation  de l’imam se poursuivent. Aissatou Ndao la deuxième épouse de l’imam  retrace les mêmes faits que sa coépouse. Elle a été à son tour maitrisé par les hommes en bleus. Un autre témoin Souleymane Sow raconte sa mésaventure.  Ce dernier ayant était réveillé par le bruit du défonçage de la chambre s’est levé pour s’enquérir de la situation, mais il tombe sur les filets des hommes en bleus qui l’ont neutralisé à son tour.  Selon les témoignages requis sur place, les pandores ont mis plus de trois heures de temps dans la maison des Ndao pour faire la perquisition. Cette arrestation brutale laisse prés de 300 talibés sans leur guide spirituel.

Auteur: 
MARIE BERNADETTE SENE

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Facebook Comments Box

Kaolack Tags