Kaolack : Marche contre les violences faites aux femmes

Des femmes, membres du Comité de lutte contre les violences faites aux femmes, (CLVF), des jeunes et des acteurs communautaires ont pris part jeudi à une marche organisée dans le centre de ville de la commune de Kaolack contre les violences basées sur le genre, a constaté l’APS.

Partie du Cœur de ville, cette marche qui s’inscrit dans le cadre de la célébration des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes, a sillonné les principales artères de la commune.

Vêtues en tenues traditionnelles blanches, ’’symbole de la paix et de la pureté’’, les femmes ont scandé : ‘’Halte aux violences basées sur le genre, stop aux meurtres, aux assassinats, aux coups et blessures volontaires, aux viols, aux insultes et mariages précoces des filles’’.

Sur l’itinéraire, elles ont marqué un arrêt à la grande mosquée de Kaolack située dans le quartier Léona où l’imam ratib de la grande mosquée, Takhi Kane, porte-parole de la famille religieuse Kanène, est venu à leur rencontre.

L’imam Kane leur a témoigné sa ’’solidarité’’.

’’Les femmes sont nos épouses, nos mamans. Si maintenant elles subissent une violence qui n’est plus verbale, plus physique mais va jusqu’ au meurtre, à des meurtres qui reposent parfois sur des alibis légers, en tant que chef religieux, nous devons montrer notre solidarité’’, a dit le religieux.

’’Nous devons faire comprendre au monde entier que cette violence basée sur le genre doit cesser. L’Islam est une religion de paix et de tolérance et avec le niveau de violence atteint dans le pays, nous appelons les autorités étatiques à prendre des mesures sévères contre les auteurs de ces violences’’, a-t-il lancé.

’’Les femmes sont fatiguées. Elle méritent plus de protection. Et au nom de toutes les associations des imams du pays, nous témoignons notre solidarité aux femmes victimes de violences’’, a ajouté l’imam Kane de la grande mosquée de Kaolack.
La présidente nationale du Comité de lutte contre les violences faites aux femmes (CLVF), Penda Seck Diouf, a dénoncé, la ’’persistance’’ dans le pays des violences basées sur le genre notamment celles des femmes et des filles.

’’Ces violences sont physiques, morales, psychologiques, sexuelles, économiques et de plus en plus on assiste à des violences liéés à l’exploitation sexuelle des mineurs, des meurtres et des assassinats de femmes’’, a-t-elle dit.

Mme Seck a rappelé cette marche entre dans le cadre de la campagne internationale de célébration des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre, une manifestation célébrée chaque année au Sénégal.

‘’Pour cette édition, a-t-elle précisé, nous avons décidé de décentraliser la caravane à Kaolack où au-delà de la marche, il est prévue un forum et un mémorandum des femmes et des jeunes filles sur la violence basée sur le genre qui sera remis aux autorités’’.

AB/OID

Tags: 
Source: 
APS

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags