Kaolack/ Tortures, traitements cruels et inhumains dans les mieux de détention: L’ONLPL engage une stratégie de lutte contre forme de confiscation des droits

L’Observatoire national des lieux de privation des libertés en collaboration avec l’Union Européenne (UE) a débuté Hier Mardi à Kaolack un séminaire d’échanges et de réflexions à l’intention des décideurs judiciaires du ressort de Kaolack sur « les obstacles de la mise en œuvre des peines alternatives d’incarcération et à l’Aménagement des peines ». Assimilé à atelier thématique, qui va d’ailleurs se poursuivre jusqu’à ce jour Mercredi 15 Novembre, ce séminaire est allusion pour l’ONLPL et son partenaire européen de définir une nouvelle stratégie garantissant la prise en charge normale des détenus dans les lieux de privation de liberté, et même faire éviter les longues détentions qui favorisent souvent le surpeuplement dans les lieux de détention. Aussi il est un moyen de convaincre les magistrats à utiliser les instruments juridiques réduisant sans doute le recours à l’incarcération et pour rationaliser la justice pénale, eu égard au respect des droits de l’homme, aux exigences de la justice sociale et aux besoins de réinsertion des délinquants. Même si cela n’est pas un moyen de restituer à ces dernières leurs droits fondamentaux, il pourrait contribuer efficacement à la prévention de la torture, les mauvaises conditions de détention ou les traitements inhumains, cruels et dégradants qui sont souvent infligés aux personnes détenues dans les lieux de détention. Outre le fait que notre pays le Sénégal est le premier pays Africain francophone à ratifier en 2006 le protocole facultatif relatif à la convention de la torture et les autres peines. Aussi le premier pays ayant réussi à mettre en place à travers la loi 2009-13 du 02 Mars 2009 et son décret d’application 2011-842 du 16 juin 2011, un mécanisme de prévention de la torture en instituant un observatoire national des lieux de privation des libertés, le Sénégal a aussi été interpellé par le groupe de travail des pays membres lors de la dernière présentation du second rapport des droits de l’homme au titre de l’examen Périodique Universel EPU, le 21 Octobre 2013 dernier. Une interpellation, qui dans son contenu, souscrivait le respect des engagements par rapport à la convention contre la torture, la construction de nouvelles prisons, l’intensification de l’application des peines alternatives à l’emprisonnement et le veille sur l’amélioration des conditions de vie dans les prisons. Des instructions et recommandations apparemment éloquentes et qui ont abouti aujourd’hui sur la nouvelle démarche que l’Onlpl compte entreprendre à travers les différentes régions du pays pour une réflexion élargie. A Kaolack, le séminaire qui a été relativement ouvert pour ce besoin spécifique entre dans ce sens et dans l’opportunité de renforcer les solutions à la prise en charge dans les lieux carcéraux ou de disqualification des peines qui peuvent être évitées ou traitées d'une autre manière. Ainsi pour Mme l’Observateur de l’Onlpl, il s’agit de réfléchir avec l’ensemble des parties prenantes sur l'élaboration de nouvelles stratégies de lutte contre le surpeuplement dans les lieux de détention. Comme il est d’ailleurs le cas dans les maisons d’arrêt de correction (Mac) de Tambacounda, Fatick et Kaolack et qui selon Mme Marcèle Lopez Ndiaye, se traduit dans les cellules par la faiblesse de la surface moyenne disponible par détenu. Et pour y remédier, la patronne de l’Onlpl pense à la condamnation des accusés à de courtes peines, mais également à l’aménagement des peines pour une meilleure prise en charge de cette question.

Auteur: 
Abdoulaye Fall

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags