Kaolack/Violences exercées sur le genre : Pres de 400 cas décelés en 2017

Malgré les innombrables efforts consentis ça et là, au niveau de l’Etat, des organisations non gouvernementale, et autres partenaires privilégiés, les violences exercées sur le genre ne démordent pas. A Kaolack, rien qu’en 2017, 392 cas ont été recensés à compter du 1er Janvier au 31 Décembre par l’Association pour la promotion de la femme sénégalaise (Aprofes). C’est du reste, ce que Mme Mbengue, NDèye Dieube Diagne nous a révélé hier dans une rencontre partagée. Dans ce lot 330 femmes sont recensées être victimes de maltraitance, faits d’ordre économiques, sévices. 62 jeunes enfants et adolescents ont aussi connu ces violences du fait du père ou du maître coranique. Dans cette même période, il a aussi été répertorié un effectif de 20 jeunes filles victimes de viol, et 19 cas de mariages précoces ou forcés. Pour Mme Mbengue, ces violences effectuées sur le genre sont aujourd’hui une affaire au plan mondial. Au Sénégal, malgré les efforts conjugués fournis, le phénomène tarde à disparaître. Et c’est d’ailleurs pour cette raison essentiel qu’au niveau de l’Aprofes, les autorités misent surtout sur une stratégie de prévention et formation de relais chargé d’éveiller les consciences. Ainsi sur le terrain cette transmission se fait par l’organisation de causeries communautaires, l’animation d’émission radio, la diffusion de cliniques mobiles, l’organisation des groupes de parole, des comités de veille qui sont aujourd’hui au nombre de 14, mais également l’Alerte communautaire, une stratégie pour mieux impliquer les populations dans la prévention.

Tags: 
Auteur: 
Abdoulaye Fall

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags