Légère progression dans les académies de Kaolack et de Kaffrine

Cette année, les résultats enregistrés dans les régions de Kaolack et Kaffrine sont en légère hausse par rapport à l’année scolaire 2015. Des performances moyennes en dépit des grèves cycliques qui ont perturbé les lycées publics, notamment en zone urbaine. A noter une nette progression du bac franco-arabe, tout le contraire des séries G, en retrait cette année.

L’Académie de Kaolack n’a pas fini de collecter les résultats définitifs du baccalauréat général session 2016. Le centre d’examen qui regroupe à lui seul plus de 1.300 candidats a fini les examens oraux. Cependant, une dizaine de jurys a livré les résultats, selon Cheikh Tidiane Diallo, chargé de l’enseignement secondaire à l’Inspection d’académie de Kaolack. Le baccalauréat scientifique qui a démarré le premier enregistre des résultats plutôt décevants avec 86 admis sur les 280 candidats pour la seule filière technique existant au niveau du lycée El Hadj Abdoulaye Niasse.

Pour le baccalauréat général, un taux de réussite moyen de 45,82 % est obtenu contre 36,6 % l’année dernière, soit une progression de 9,22%. Avec tous les candidats reçus, la série S1 se distingue brillamment, suivi de celles L’ et S2, avec respectivement des taux de 53,38 % et 49,31 %. « Cette légère progression pourrait s’expliquer par un respect du quantum horaire en zone urbaine où certains collèges privés n’ont pas été trop perturbés par les grèves, contrairement aux lycées situés en zone rurale où les élèves n’ont pas accès à ce type d’enseignement », soutient M. Diallo. Il relève également les bonnes performances des candidats du bac franco-arabe avec un taux moyen de 80 %. Une nouvelle filière dans laquelle la série S1A se distingue avec un taux de 100%. Par contre, pour le baccalauréat arabe où il y avait une seule série littéraire, sur les 567 candidats, seuls 203 ont obtenu leur parchemin, soit un taux de 35%.

Des résultats contrastés à Kaffrine

L’Inspection d’académie de Kaffrine offre des résultats contrastés, selon que le centre d’examen se situe en zone urbaine ou rurale. A l’instar des résultats probants du lycée de Gniby, dans le département de Birkilane, 68% d’admis sont notés contre un taux plutôt en deçà de la moyenne régionale de Koungheul avec seulement 37,64%. Même écart observé entre le lycée de Boulel et celui de Babacar Kobar Ndao, dans la capitale du Ndoucoumane, avec des taux moyens respectifs de 65,38% et 37,76%.

Dans l’ensemble, le bac général dans cette région a connu une relative progression (9%) par rapport à la cuvée 2015. En effet, sur un effectif global de 1.338 candidats, 551 d’entre eux ont décroché leur premier diplôme de l’enseignement supérieur, soit un taux moyen de 41,18%, contre moins de 35% en 2015.

Elimane FALL
 

Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags