L’Ong Jamra sur l’affaire des homosexuels de Kaolack : «La loi doit être appliquée dans toute sa rigueur»

Le président exécutif de l’Organisation non gouvernementale (Ong) Jamra est formel par rapport au mariage de présumés homosexuels de Kaolack : «L’Etat doit sévir». L’Imam Massamba Diop, qui était en tournée à Saint-Louis, a déclaré que «la loi doit être appliquée dans toute sa rigueur».

C'est dans la capitale du Nord où il était au cours de sa tournée nationale que le président exécutif de l’Ong Jamra a fait une sorti virulente contre les présumés homosexuels surpris en train de célébrer un mariage, à Kaolack.
Selon l’Imam Massamba Diop, cette affaire constitue un problème sérieux et les Sénégalais sont, aujourd’hui, scandalisés et meurtris. Il a ainsi plaidé leur condamnation pour donner la leçon à d’autres personnes.
«Cette fois-ci, nous voulons que les juges se montrent très fermes. La loi doit être appliquée dans toute sa rigueur», lance-t-il.
Avant d’ajouter : «C’est un fait brûlant qui s’est passé à Kaolack. Nous nous battons toujours pour la santé morale de nos populations. C’est le jour même que les gens célébraient la venue au monde du prophète Mohamed (Psl) que des gens malintentionnés ont choisi pour nous poignarder sur le dos.»
Non sans appeler l’Etat du Sénégal à sévir farouchement. Parce que, regrettera le patron de l’Ong Jamra, les homosexuels ont poignardé triplement les Sénégalais.
«Le Sénégal est un pays souverain qui a sa constitution et ses lois. L’article 319 du code de procédure pénale interdit de façon claire et nette les actes contre nature. Ces personnes ont tout d’abord piétiné la loi sénégalaise. Ensuite elles ont manqué de respect à nos religions. Et enfin, elles ont commis leur forfait dans une nuit bénie. Ces personnes ont franchi cette fois-ci le Rubicon. Pire encore, ils ont commis cet acte dans une maison d’éducation. Une maison d’éducation qui a pour objectif de former l’élite de demain», a martelé l’Imam Diop qui s’est rappelé de l’affaire des homosexuels surpris en 2009 et emprisonnés.
Dans cette affaire, le président de l’Ong Jamra a fustigé leur libération qui, selon lui, est possible suite à «la réaction de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy.»
«Le Sénégal ne veut pas de l’homosexualité. Ils n’ont pas le droit de nous considérer comme des xénophobes», ajoute-t-il sur un ton ferme.
 

Source: 
dakaractu.com

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags