Les chambres consulaires de Kaolack et de Conakry nouent un partenariat

La Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kaolack et celle de Conakry (République de Guinée) ont paraphé, samedi, une convention de partenariat.

La Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kaolack et la Chambre régionale de commerce, d’industrie et d’artisanat de Conakry (République de Guinée) sont désormais liées par des relations de partenariat en vue de mutualiser leurs ressources et moyens. C’est tout l’enjeu de la première convention signée entre les deux chambres consulaires samedi, à Kaolack. Le dernier acte du séjour de la délégation guinéenne conduite par le président de l’institution consulaire de Conakry, dans la région depuis jeudi dernier. Celle-ci comprenait également les patrons de celle de Boké, de Labé et de la préfecture de Koundera.

La chambre consulaire de la capitale guinéenne installée, il y a moins de 5 mois, fait office, de fait, d’institution nationale et selon les mots du président Mamadou Baldé. Elle est venue « apprendre de sa sœur de Kaolack plus que centenaire et dont l’expérience et la notoriété ne sont plus à démontrer en dehors de la sous région ». Il en veut pour preuve le choix de son président porté à la tête de l’Union nationale des chambres de commerce du Sénégal et la dimension de la Foire internationale de Kaolack. La cérémonie de signature s’est déroulée en présence des représentants d’organisations de commerçants, d’industriels, de transporteurs et de producteurs agricoles de la région. Cette convention met l’accent sur l’appui-assistance des opérateurs économiques séjournant dans l’un et l’autre pays, l’échange d’expériences et l’installation d’entrepôts de transit dans la zone frontalière. Une volonté de renforcement des relations commerciales avec un pays aux ressources naturelles immenses. «Ma conviction est que l’unité africaine à laquelle aspirent les peuples du continent devrait se construire par cercles concentriques à l’échelle de la sous-région ouest africaine, le Sénégal, la Gambie, le Mali, la Mauritanie, la Guinée Bissau et la République de Guinée doivent établir une unité primaire avant de se projeter à l’échelle de l’Umoa, de la Cedeao et enfin de l’Union africaine. C’est pourquoi, l’acte que nous venons de poser, entre opérateurs économiques guinéens et sénégalais, doit être perçu comme un signal fort dans le processus de construction de l’Union africaine», a déclaré Serigne Mboup.

Les deux parties ont exprimé leurs préoccupations face aux tracasseries policières récurrentes dont les transporteurs font l’objet dans les axes routiers sous régionaux. Le projet d’un marché de gros entre les deux pays installé dans la préfecture de Koundera en Guinée avec des entrepôts de transit pourrait faire l’objet d’un avenant de la convention signée entre les deux parties.
 

Auteur: 
Elimane FALL
Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags