MARCHE DE L’OPPOSITION CE VENDREDI 14 OCTOBRE KAOLACK PLUS DISCIPLINEE QUE DAKAR

Contrairement à Dakar où la marche de l’opposition a été émaillée d’incidents, la ville de Kaolack quant à elle a abrité une marche pacifique. Les onze (11) partis et les deux (2) organisations de la société civile regroupés au sein du front « Manko Wattu Senegaal » n’ont guère porté la contradiction au préfet Fodé Fall. Ils ont respecté l’itinéraire qui leur a été tracé et ont marché dans le calme. Une marche qui a d’ailleurs débuté vers 17 h 30 avec quelques centaines de militants et qui s’est poursuivie sur une impressionnante escorte policière.

Tout au long des voies qu’on leur avait autorisé d’emprunter, les marcheurs n’ont cessé de scander des propos revendicatifs qui justifient relativement ce mini périple à travers les ruelles de la ville de Kaolack.

Sur l’effigie des pancartes qu’ils portaient par devers eux, on pouvait lire « Contre la rupture du consensus de 92 en matière électorale » mais également « Pour la transparence des ressources minières et pétrolières » ou parfois même « Macky égal famille, la famille avant la patrie ». Ainsi pendant un tour d’horloge, ces militants de l’opposition ont battu le macadam avant d’atterrir devant le portail de de la Préfecture.

Sur le rapport du mémorandum rendu au maître des lieux, le Front pour la défense des intérêts du Sénégal « Manko Wattu Senegal » s’est dit inquiet de la dégradation progressive de la démocratie et des libertés publiques depuis l’avènement du régime de Macky Sall au pouvoir.

Faisant ainsi lecture de leur rapport par Babou Ngom, les membres du front ont aussi dénoncé les actes d’intimidations perpétrés contre les responsables politiques, acteurs de la société civile et journalistes exprimant des opinions contradictoires ou critiques sur la politique gouvernementale. Ils estiment dans ce point de vue que la dernière sortie du Premier ministre  sur l’affaire « Petrotim » est une illustration de la dérive du pouvoir dans ses mécanismes de restreindre la liberté d’expression et bâillonner les libertés publiques.

Tags: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags