METHODE DE GESTION DE LA MAIRE MARIAMA SARR «TAKHAWU KAOLACK » PLAIDE POUR UNE DELEGATION SPECIALE

Dans une circulaire qu’il a fait parvenir à notre rédaction hier, vendredi, le mouvement « Takhawu Kaolack », un mouvement de jeunes se réclamant de la citoyenneté n’apprécie guère la manière dont la municipalité de Kaolack est aujourd’hui gérée.  
 
Son président  Abdoulaye Ndao et son adjoint Cheikh Ndiaye invitent ainsi les Kaolackois à faire face à ce qu’ils qualifient aujourd’hui d’impasse. Autrement dit, le blocage qu’ils disent avoir constaté à tous les niveaux des programmes et autres compétences affectées à cette institution.
 
Au point de vue juridique, le respect de la parité au sein des équipes reste à parfaire au moment où, disent nos interlocuteurs, les divergences entre femmes se corsent de plus en plus et bloquent beaucoup de projets d’intérêt général.
 
S’agissant de la voirie, poursuivent-ils, « la méthode de répartition du système d’éclairage public est mal exécutée dans la mesure où les quartiers les plus nécessiteux sont moins privilégiés que d’autres ». Dans l’enceinte municipale, précisément dans les services techniques, il est impossible pour un simple curieux de trouver un seul engin ou un quelconque matériel de nettoiement si ce ne sont les épaves des anciens camions perdus depuis des décennies.
 
Fort de ce constat, le mouvement « Takhawu Kaolack » qui qualifie la gestion municipale de nulle et vierge, se dit pessimiste quant à l’avenir de la commune. Qui plus est, puisqu’aucune mesure palliative ne pourrait être apportée à cette méthode de gestion municipale, ses membres exigent de l’Etat l’affectation d’une délégation spéciale pour une meilleure prise en charge des besoins populaires.

Auteur: 
Abdoulaye Fall
Source: 
Sud Quotidien

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags