Ouverture de la deuxième édition de la Fika : Le gouvernement va accompagner cette dynamique

La deuxième édition de la foire internationale de Kaolack (Fika), organisée par la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture, en partenariat avec la Chambre de métier et des collectivités locales de la région, a été lancée, hier, par le ministre en charge du Plan Sénégal émergent (Pse). Abdoul Aziz Tall a indiqué que le gouvernement continuera à accompagner cette « dynamique fondée sur des motivations positives ». L’esplanade du Cœur de ville de Kaolack a refusé, hier, du monde à l’ouverture de la deuxième édition de la foire internationale de Kaolack (Fika). En cet après-midi du jeudi 2 février, l’ambiance est au rendez-vous. Les majorettes du lycée Valdiodio Ndiaye et le grand tambour major Aly Guèye Seck et sa troupe ont tenu en haleine le public, venu nombreux assister à ce grand rendez-vous d’échanges international. Les femmes parées de leurs plus beaux atours occupent les premières rangées des gradins du Cœur de ville. Elles ont gratifié l’assistance de belles chorégraphies sous la houlette du tambour major. Lorsque des personnes handicapées s’y mettent avec un rythme bien cadencé dont elles seules en maîtrisent l’art, cela donne à l’événement une autre dimension. Outre le ministre en charge du Plan Sénégal émergent (Pse), Abdoul Aziz Tall, de nombreuses personnalités du pays, des chefs religieux et coutumiers, des ambassadeurs des pays de la Cedeao, du Maghreb et ceux d’autres pays ont pris part à la cérémonie d’ouverture. Le ministre en charge du Pse a assuré les acteurs économiques de la volonté du chef de l’Etat de « mettre en évidence les immenses potentialités de la région pour faire jouer à Kaolack sa vocation sous-régionale ». « Kaolack a été un carrefour d’échanges internationaux, au cœur de l’histoire politique et du développement économique et social de notre pays et en particulier dans le domaine de l’économie arachidière », a rappelé Abdoul Aziz Tall. « Grâce aux actions du président de la République, a-t-il souligné, les sillons de l’émergence sont en train d’être mis en valeur à travers les pôles territoires Saloum ». Il s’agit, selon lui, de la construction des axes routiers Dinguiraye-Keur Ayib, Keur Waly Ndiaye-Sokone, Fatick-Kaolack, des pistes rurales, des ouvrages électriques dans les trois régions (Fatick, Kaffrine et Kaolack), de la construction du port maritime et de dépôt d’hydrocarbures de Foundiougne. Le ministre s’est aussi réjoui de « l’embellie notée » dans la filière arachidière avec des niveaux annuels de production dépassant la moyenne d’un million de tonnes et des niveaux record d’exportation ainsi que le retour de la Sonacos SA avec des investissements importants de l’Etat. « La Fika s’est imposée, en l’espace de deux ans, comme une manifestation commerciale majeure dans la sous-région », s’est-il félicité. Pour lui, cette prouesse traduit le dynamisme du secteur privé local. En choisissant comme thème : « Le partenariat sud-sud comme enjeu majeur de l’émergence dans l’espace de la Cedeao », a noté le ministre, les promoteurs de la Fika ont voulu mettre en exergue l’importance de l’intégration économique régionale dans le Pse. Sur le choix du Nigéria en tant qu’invité d’honneur de cette deuxième édition, M. Tall a affirmé que celui-ci permettra de « raffermir davantage les liens séculaires d’amitié, de fraternité et de solidarité entretenus entre les peuples nigérian et sénégalais ». Il a également magnifié les relations étroites entre les populations du Nigéria et Cheikh Ibrahima Niass « Baye ». Le ministre a assuré que le gouvernement continuera d’appuyer toute cette dynamique fondée sur des « motivations positives », tout en suggérant au secteur privé national de renforcer leur unité. Développer les échangesLe président de l’Union des chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Sénégal, par ailleurs président de la Chambre de commerce de Kaolack, Serigne Mboup, a magnifié les efforts consentis par le chef de l’Etat pour le développement du pays et particulièrement pour la région de Kaolack qui est devenue, aujourd’hui, un exemple avec de nombreux projets à l’instar de l’Université El Hadji Ibrahima Niass, une institution qui ambitionne de former de milliers d’étudiants. Le président du Conseil départemental de Kaolack, Baba Ndiaye, a magnifié cette belle initiative des promoteurs qui ont compris les orientations du chef de l’Etat, matérialisées par le Pse. Il a estimé que l’un des moteurs de développement sur lequel pourra s’appuyer l’Afrique reste l’échange et la multiplication des rencontres entre opérateurs économiques. Le chargé d’Affaires de l’ambassade du Nigéria au Sénégal, Eliot P. Egopija, s’est réjoui du choix porté sur son pays en tant que pays invité d’honneur, avant de revenir sur les accords bilatéraux entre les deux pays dans de nombreux domaines comme l’agriculture, l’énergie, l’élevage, etc. qui, selon lui, doivent être « renforcés et consolidés ». Il a également plaidé pour l’établissement de partenariats dynamiques entre l’union des chambres de commerce du Sénégal et celle du Nigéria ainsi que les Pme des deux pays.
E. Fall et S. D. SY Par Elimane Fall, Souleymane Diam SY (textes)

Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags