Pour trafic intérieur de drogue : Boubacar Touré écope 10 ans de travaux forcés

La Chambre criminelle de la Cour d’Appel de Kaolack a condamné, hier, Boubacar Touré, un ancien commerçant reconverti dans le trafic de drogue, à 10 ans de travaux forcés et à une amende de deux (2) millions de FCfa. L’accusé est reconnu coupable de trafic intérieur de drogue.

Le sieur Boubacar Touré, la quarantaine, résidant aux Parcelles Assainies dans la banlieue nord-ouest de Kaolack, y réfléchira par deux fois avant de changer de profession. Ce commerçant a vu sa vie basculer à la suite d’une mauvaise fréquentation. Une de ses relations de Goudomp, dans la région septentrionale du Sénégal, lui aurait suggéré de s’adonner au trafic illicite de drogue, se proposant d’être son fournisseur attitré de chanvre indien. Une reconversion qui lui a valu hier une comparution à l’audience de la deuxième session 2016 de la Chambre criminelle de la Cour d’Appel de Kaolack.

Les faits remontent au 04 octobre 2013, quand le nommé Boubacar Touré, confortablement assis dans un véhicule de transport en commun en provenance de Goudomp, est interpellé par la maréchaussée. Les gendarmes ont trouvé dans ses bagages huit (8) kilogrammes de chanvre indien minutieusement cachés et qu’il convoyait à Kaolack où il résidait. Entendu par les hommes en bleu, il n’a pas eu de mal à reconnaître les faits. Hier, à la barre, contrairement à d’autres accusés qui niaient les faits qui leur sont reprochés, lui s’en est tenu à ses déclarations préliminaires. Pour attendrir les membres de la cour, il a, dans un récit poignant, expliqué les raisons de sa reconversion. Son métier de commerçant ne lui permettant plus de joindre les deux bouts.

C’est à cette époque qu’il renoue avec un ami d’enfance établi dans la région sud, plus précisément dans la commune de Goudomp.

Ce dernier déjà actif dans cette activité illicite le convainc de franchir le Rubicon. L’avocat général n’est pas convaincu par cette ligne de défense consistant à accuser un tiers pour se disculper. Selon le représentant du ministère public, il n’y a pas de circonstances atténuantes qui vaillent pour l’accusé trouvé en possession de huit (8) kilogrammes de drogue. Ainsi, il a requis la peine de 10 ans de travaux forcés contre lui.

Le conseil de la défense, Me Abdourahmane Sow, a beau plaider la clémence pour son client, rien n’y fit. Finalement la Chambre criminelle a condamné Boubacar Touré à la peine maximale de 10 ans de travaux forcés et à deux (2) millions de FCfa d’amende pour trafic intérieur de drogue.

Elimane FALL
 

Tags: 
Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags