Projet d’amélioration de la qualité, de l’équité dans l’éducation de base : Les entreprises invitées à achever les travaux avant fin mai 2017

L’état des lieux du Projet d’amélioration de la qualité, de l’équité dans l’éducation de base (Paqeeb), qui prend fin cette année, a été dressé, à Saly, au cours d’un atelier de partage. Le taux d’exécution des travaux n’a pas été jugé satisfaisant. Injonction a ainsi été faite aux entrepreneurs pour terminer les travaux d’ici à la fin du mois de mai.

La rencontre de partage sur l’état d’avancement des travaux de construction, de réhabilitation et d’équipement du Projet d’amélioration de la qualité, de l’équité dans l’éducation de base (Paqeeb) a réuni le niveau central du ministère de l’Éducation nationale, les seize inspecteurs d’académie du pays, les cabinets de suivi engagés et les entrepreneurs. Il s’est agi de faire l’état des lieux de la construction de 200 nouvelles écoles complètes, de 20 Blocs scientifique et technique (Bst), de 4 Centres régionaux de formation du personnel de l’éducation (Crfpe), mais aussi de la réhabilitation de 8 Bst et de 100 « daaras » (écoles coraniques).

Point focal du Paqeeb au niveau des inspections d’académie, Allé Thiam a fait le point sur l’état d’exécution des travaux. Concernant les nouvelles écoles complètes, les travaux au niveau des académies de Kaffrine, Thiès, Diourbel, Fatick, Kaolack et Tambacounda sont achevés et les infrastructures réceptionnées. Des difficultés ont cependant été notées à Ziguinchor où, a indiqué M. Thiam, le contrat de l’entrepreneur a été résilié, puis réattribué. Matam, a-t-il avancé, affiche un niveau d’exécution de 95 % contre 97 % pour Saint-Louis et 98 % pour Kolda.
Sur les 200 écoles, 187 sont terminées et réceptionnées, a affirmé Allé Thiam et 13 autres sont en cours de finition. « Même si on a un bon nombre d’écoles achevées, les travaux ont tiré en longueur. Les contrats ont été signés en 2014 et 2015. On est en 2017 et les travaux ne sont toujours pas terminés, alors qu’ils devaient l’être depuis longtemps », a-t-il regretté.

Il a ainsi invité les entrepreneurs à tout faire pour que les écoles qui restent puissent être achevées, afin que les équipements qui s’élèvent à un peu plus de 484 millions de FCfa soient livrés dans leur intégralité. S’agissant des 20 nouveaux Bst, prévus pour un coût global de plus de 4 milliards de FCfa, seuls ceux de Dakar, Kaffrine, Louga, Thiès, Diourbel, Fatick et Tambacounda sont à 100 % d’exécution. Celui de Kaolack est en cours de finition et ceux de Matam, Saint-Louis, Sédhiou, Kédougou et Ziguinchor attendent d’être achevés. A en croire M. Thiam, 11 Bst sur les 20 sont déjà terminés. Pour leur équipement, a-t-il indiqué, plus de 3 milliards de FCfa sont prévus ; un montant qui ne prend pas en compte les attributions qui seront faites pour l’académie de Sédhiou.

Retard dans les livraisons

Pour les 8 Bst à réhabiliter dans les académies de Diourbel, Thiès, Ziguinchor, Kaolack, Dakar, Saint-Louis et Rufisque, pour un coût de plus de 947 millions de FCfa, un niveau d’avancement de 75 % est enregistré et les travaux, a assuré le point focal, seront bouclés au plus tard à la fin du mois de mai. Ces Bst, a-t-il indiqué, seront équipés à hauteur de près de 500 millions de FCfa.

Un taux d’achèvement variant entre 60 et 98 % a été enregistré pour les 4 Crfpe à réaliser pour un coût de plus de 2,5 milliards de FCfa et avec une enveloppe de 642 millions destinée à leur équipement. Dans le Paqeeb, a rappelé Allé Thiam, il est également prévu l’amélioration de l’environnement physique des 100 « daaras » (écoles coraniques) dans neuf académies pour un montant de plus de 1,216 milliard. « Ce montant ne prend pas en compte ceux qui seront attribués à Matam, Louga et Diourbel qui sont sur la phase d’évaluation des projets », a-t-il fait savoir.

Financé par la Banque mondiale, la Coopération canadienne, le Programme mondial pour l’éducation et le gouvernement du Sénégal comme principal bailleur, le Paqeeb prend fin en 2017. Son coordonnateur, Kassa Diagne, a déploré le retard accusé dans la livraison. « (…) Le programme arrive à terme en 2017, il faut donc livrer tous les ouvrages, pour que les élèves puissent les utiliser à la prochaine rentrée », a-t-il lancé.

Samba Oumar FALL

Tags: 
Source: 
Le Soleil

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Facebook Comments Box

Kaolack Tags