Retrait des enfants de la rue : Des maîtres coraniques de Kaolack approuvent

Un collectif de maîtres coraniques du département de Kaolack a annoncé son accord total avec la décision du président de la République de retirer les enfants de la rue. Ces promoteurs de « daaras » disent s’inscrire dans le projet du gouvernement de moderniser ces établissements d’enseignement islamique à travers toute l’étendue du territoire national. Leur porte-parole a révélé au cours d’un point de presse que la région de Kaolack, avec Dakar, Diourbel et Fatick, fait partie des quatre régions où sera testé le nouveau dispositif.

La décision annoncée lors du dernier Conseil des ministres d’interdire la mendicité dans la rue suscite des réactions de la part des acteurs sociaux. A Kaolack, où cohabitent de nombreux foyers religieux et de centaines de « daaras », la mesure a été diversement accueillie. Si le président régional de l’association des imams et maîtres coraniques a violemment rejeté le projet (voir encadré), par contre un collectif de maîtres coraniques s’est dit en phase avec l’initiative présidentielle. Ces enseignants arabophones venant des différentes familles religieuses du Saloum se « sont démarqués des positions personnelles » de l’imam Mouhamadou Lamine Fall.

« Les déclarations de celui qui s’est autoproclamé président des maîtres coraniques de la région ne sauraient nous engager ; nous ne reconnaissons pas son autorité. Au sein du collectif, nous sommes tous issus des principaux foyers religieux de Kaolack, à savoir Médina Baye, Léona Niassène, Léona Kanène, Touba Ndorong ou chez la famille Dème de Kasaville. Donc on ne pourrait parler d’écoles coraniques en dehors de ces centres religieux et aujourd’hui il y a une unanimité en notre sein pour magnifier cette mesure salutaire du président de la république », a précisé Bassirou Bitèye de Médina Baye leur porte-parole.

Ces enseignants religieux ont déploré le manque de concertations dans leurs rangs expliquant, selon eux, les dérives de certains de leurs pairs. « Nul n’a le droit de parler et d’agir à notre nom sans nous consulter au préalable. Il est exclu que nous nous associons à des prises de position reflétant une opinion minoritaire dans la profession », a poursuivi ce proche de l’imam de la grande mosquée de Médina Baye. Pour les membres du collectif, l’avènement du président Macky Sall a constitué une plus grande valorisation de l’enseignement arabe.

Garde à vue de Mouhamadou L. Fall

Mouhamadou Lamine Fall, le président des imams et maîtres coraniques de la région de Kaolack, a fait l’objet d’une garde à vue vendredi au commissariat central de la capitale du Saloum. Dans une déclaration à la presse, l’imam de Gawane dans la banlieue de la commune avait, en des termes peu amènes, critiqué le projet de retrait des enfants de la rue annoncé lors du dernier conseil des ministres par le président de la république. Vice-président de l’instance national, il avait clairement laissé entendre que ses pairs allaient user de tous les moyens pour s’opposer à cette mesure. Une déclaration qui lui vaudra une convocation à la police. Il a été gardé à vue dans la soirée du vendredi et finalement relaxé dans la matinée du samedi. Après sa libération, il s’est abstenu de toute déclaration à la presse sur les circonstances de son élargissement.

E. FALL
 

Tags: 
Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags