Semences certifiées : 142 000 tonnes collectées

Le ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture et de l’équipement Rural, chargé de l’Accompagnement et de la Mutualisation des organisations paysannes a révélé, hier, à Kaolack que 142.000 tonnes de semences certifiées sont disponibles dans le cadre de la reconstitution du capital semencier. Moustapha Lô Diatta présidait l’assemblée générale d’une organisation de producteurs d’arachide.

Derrière la production record de graines d’arachide enregistrée cette année se cacherait un important travail en amont de l’Etat pour soutenir cette filière oléagineuse. Des efforts du gouvernement rappelés mardi à Kaolack lors de l’assemblée générale du Cadre de concertation des producteurs d’arachide par le ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture et de l’équipement Rural, chargé de l’Accompagnement et de la Mutualisation des organisations paysannes (Mdamop). Moustapha Lô Diatta a mis en exergue les résultants probants notés pour l’acquisition d’intrants de qualité. Il a révélé la disponibilité de 142.000 tonnes de semences certifiées dans le cadre de la reconstitution du capital semencier pour cette culture de rente qui structure l’économie en milieu rural. « Ces efforts traduisent la volonté de l’Etat de redynamiser la filière arachidière qui génère des revenus pour environ un tiers de la population du Sénégal et participe à la lutte contre la pauvreté », a indiqué le ministre délégué à l’ouverture des assises de l’une des plus importantes organisations de producteurs de ladite filière. Mettant en relief les mesures d’accompagnement prises pour appuyer la production, il a notamment cité la subvention des intrants et du matériel agricole qui s’élève en moyenne entre 35 à 40 milliards annuellement sans compter un fonds de soutien pour les semences écrémées évalué à 11,5 milliards de FCfa en 2015. Au vu de ces efforts, la production de 1.411.574 tonnes de cette année contre 991.427 en 2016, soit une hausse de 42 %, ne serait pas fortuite, selon Moustapha Lô Diatta. Il a souligné que les rendements sont passés de 818 kilogramme à l’hectare à 1.126 kilogrammes. Une embellie sur le front de la production qui a du mal à cacher, selon lui, les difficultés qui subsistent dans le processus de commercialisation. C’est pourquoi le ministre a loué l’option de la contractualisation mise en œuvre par des organisations de producteurs à l’instar de Ccpa. « Les efforts de l’Etat seront renforcés pour juguler les difficultés notées dans la commercialisation de l’arachide, en promouvant la contractualisation qui s’inscrit dans la configuration moderne d’intégration verticale des systèmes agro-alimentaires et supplante l’approche traditionnelle dans laquelle le producteur qui s’engageait dans ses activités culturales ne savait pas combien produire, à qui vendre et à quel prix », a-t-il déclaré, citant l’exemple de la contractualisation de l’Asprodeb avec Copeol pour plus de 21.000 tonnes pour laquelle les organisations membres de Ccpa ont contribué pour plus de 8.000 tonnes.

Principale organisation faîtière de producteurs d’arachide, Ccpa basé à Kaolack est pour le ministre une structure de référence pour ses performances managériales.

Auteur: 
Elimane FALL
Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags