Sine-Saloum : le recul du niveau de salinité des terres fait augmenter les rendements (INP)

L’Institut national de pédologie (INP) affirme avoir contribué à l’augmentation des rendements agricoles dans la zone du Sine-Saloum, en faisant reculer le niveau de salinité de plusieurs vallées.

Ces résultats ont été rendus possibles par "l’introduction d’une solution contre la salinité des sols dans les villages de Simaal (Fimela) en 2010, dans les périmètres maraîchers de vallées de plusieurs villages de la commune de Keur Samba Guèye (Foundiougne) à partir de 2015", a expliqué El Hadj Ousseynou Cissé, délégué de la zone pédoclimatique de l’INP du Sine Saloum, basé à Ndiaffate.

Il s’exprimait vendredi lors d’une visite de terrain d’une mission conduite par le directeur de l’INP, Mamadou Amadou Sow, dans les périmètres maraîchers des villages de Keur Ousseynou Dieng et de Keur Sény Guèye, dans la commune de Keur Samba Guèye (Foundiougne).

Cette mission dans le cadre de la lutte contre la salinité et le processus de salinisation des sols du Sine-Saloum.

"La solution contre la salinité et le processus de salinisation des terres se résume à mettre sur les terres affectées par la salinisation, des produits de phosphates naturels, de phosphogypse ou encore des coques d’arachide", a-t-il expliqué.

Selon lui, cette solution a permis de redonner à plusieurs terres et sols leur vocation agricole, ce qui a contribué à une augmentation des rendements agricoles des vallées de Simaal (Fimela) et de Keur Ousseynou Dieng.

"A Keur Ousseynou Dieng, l’INP, à son arrivée en 2015, a d’abord formé les femmes du village dans les techniques d’utilisation de ces produits fertilisants. Et depuis, nous avons constaté une augmentation de nos rendements agricoles", s’est félicitée Sadio Lô, présidente des groupements de femmes du village.

"Plus encore, nous arrivons à faire désormais deux, trois à quatre récoltes dans l’année selon les plantes ou légumes", a-t-il dit, avant d’ajouter : "Donc, on se félicite de cet apport de l’INP dans l’amélioration des rendements".

Mme. Lô a toutefois sollicité "une augmentation de la dotation en phosphogypse et un accompagnement durable de l’INP".

Selon son directeur général, Mamadou Amadou Sow, l’INP fera de son mieux pour accompagner les producteurs dans l’augmentation des surfaces exploitées, en vue de contribuer à l’augmentation des rendements agricoles dans les zones touchées par l’avancée du sel.
 M. Sow a dit que l’INP procédera à arbitrages à l’issue desquels ses services tenteront d’apporter des réponses aux requêtes formulées par les producteurs, grâce sa nouvelle dotation estimée à 3500 tonnes de phosphates naturels et de phosphogypse.

L’INP est un établissement public à caractère scientifique et technologique qui a pour objectif principal l’étude des sols.

Il est aussi présenté comme "un instrument de développement transversal" au service de l’élevage, de l’agriculture, de l’environnement, de l’aménagement du territoire et du développement communautaire".

A ce titre, l’Institut national de pédologie participe, en milieu rural, à la formation des producteurs sur les bonnes pratiques de conservation des sols.

AB/BK

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags