Tournée économique dans les régions de Kaolack, Kaffrine : Macky Sall s’engage à renforcer les moyens alloués à l’agriculture

Le chef de l’Etat a entamé, hier, une tournée économique à vocation agricole, dans les régions de Kaolack, Kaffrine où il a eu des discussions avec les producteurs. Se félicitant des bonnes perspectives de récoltes pour cette année, il s’est engagé à renforcer les moyens alloués à l’agriculture afin qu’elle tire la croissance économique.

Dans le champ d’arachide de 20 hectares de la productrice d’arachide Dioumbé Dia, le chef de l’Etat, Macky Sall, s’est engagé à augmenter les ressources allouées à l’agriculture. « Nous allons renforcer, de façon globale, les moyens de notre agriculture. Une corrélation a montré que plus nous investissons dans le secteur productif, plus cela nous donne une croissance plus forte, une plus-value », a déclaré le président Sall. Il a réaffirmé son ambition de faire passer les paysans au cap supérieur. « Mon ambition, c’est de faire passer le paysan en agriculteur. Cela va avec une formation, un équipement adéquat pour augmenter les capacités des producteurs », a dit le chef de l’Etat, soulignant que l’agriculture occupe une place de choix dans le Plan Sénégal émergent. « Dans le Plan Sénégal émergent, l’agriculture va être la sève nourricière, le secteur qui va tirer la croissance. Nous devons renforcer tout ce que nous avons fait jusque-là, que ce soit pour le riz, les produits horticoles», a insisté le président Sall.

Se félicitant des bonnes perspectives de récoltes dans le bassin arachidier, le président Sall a loué l’engagement des femmes dans l’agriculture. Il a instruit le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural et son collègue de l’Elevage et des Productions animales à intégrer la dimension genre dans leurs politiques. « A Diakhao Saloum, j’ai eu le plaisir de visiter un champ de 20 hectares et un autre plus vaste de 80 hectares exploités par une brave dame Dioumbé Dia qui montre, par cette expérience, que les femmes ont leur place dans l’agriculture et qu’on doit les intégrer dans nos politiques de soutien dans l’accès au foncier, dans l’équipement agricole, les engrais et les semences », a indiqué Macky Sall. « J’ai trouvé des agricultrices qui connaissent bien leur matière. Je félicite Dioumbé Dia et à travers elle, les femmes que j’ai rencontrées ce matin à Taïba Niassène, notamment Nimna Diayté et Ramata Niasse et toutes les femmes agricultrices », a-t-il ajouté. « Nous allons mettre une dimension genre dans le soutien agricole. Je vais demander au ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Pape Abdoulaye Seck, et son collègue de l’Elevage et des Productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye, à introduire cette discrimination positive dans la mise à disposition des intrants », a poursuivi le chef de l’Etat. Vêtu d’un boubou traditionnel trois pièces de couleur bleue, Macky Sall est accompagné du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck et du ministre de l’Elevage et des Productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye.

A Taïba Niassène, le chef de l’Etat a écouté les producteurs dont deux membres de la Fédération des producteurs de maïs du Saloum (Fepromas), Nimna Diayité (présidente) et Ramata Niasse, posant des questions au besoin. Créée en 2012, cette fédération est constituée en réseaux et regroupe 2.087 membres dont 1.082 femmes. Les membres de cette organisation ont emblavé 446 hectares dont 5 hectares d’arachide, plus de 8 hectares de maïs, 3 hectares de mil en plus des emblavures de manière dispersée dans les communes de Taïba Niassène, Paoskoto et Porokhane.

Semences hâtives

Pour la campagne en cours, la fédération a reçu une subvention de 100 tonnes d’urée plus un appui en matériel agricole de 100 semoirs et 50 houes sine, 11 égraineuses, 29 bascules. Elle a acquis, sur financement bancaire, 12 tracteurs entièrement remboursé. Les responsables de cette fédération qui ont salué la politique mise en œuvre par le gouvernement en matière de semences et d’intrants, ont mis l’accent sur la mise à disposition de plus d’équipements pré et post-récoles et la baisse des taux d’intérêt.

S’agissant du prix au producteur, bien que se réjouissant de l’intervention des Chinois qui ont permis d’avoir un prix rémunérateur, elles ont assuré que cette situation a impacté négativement sur leur activité. Pour le maïs, elles estiment que le prix des industriels de l’aviculture n’est pas assez rémunérateur.  Nimna Diayité (présidente) et Ramata Niasse ont également demandé la mise à leur disposition de semences hâtives pour faire face aux changements climatiques.

Après Taîba Niassène, le chef de l’Etat s’est rendu sur le site de production d’arachide de Fanding Ndiaye, à Tanda Mboudaye, dans la commune de Keur Baka, arrondissement de Koumbal. Ce grand producteur a soumis au président quelques doléances relatives à l’appui en équipements post-récoltes. Après la région de Kaolack, Macky Sall s’est rendu dans la région de Kaffrine où il visitera le vaste champ d’arachide de Dioumbé Dia, le champ de riz pluvial de Babou Cissé appuyé par le Projet d’appui aux filières agricoles (Pafa) et les services du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural. Il a déja visité, à Nawel, dans l’arrondissement de Birkilane, l’exploitation agricole de Serigne Moussa Mbacké qui cultive 120 hectares d’arachide, 30 hectares de maïs et 60 hectares de mil.

Vers l’autosuffisance

« J’ai rencontré beaucoup de producteurs et d’agriculteurs dans les régions de Kaolack et de Kaffrine. Pour tout ce que nous avons vu, nous pouvons avoir espoir que les récoltes seront bonnes. Nous sommes confiants sur le déroulement de l’hivernage. Nous prions Dieu également pour avoir une dernière pluie », a déclaré le chef de l’Etat. Donnant l’exemple de Kaolack, le chef de l’Etat, chiffres à l’appui, s’attend à de bonnes récoltes au regard de l’augmentation des emblavures, à l’exception du maïs. « J’ai constaté pour l’hivernage 2016 que pour le mil, 150.900 hectares ont été emblavés contre 132.508 hectares l’année dernière. Il y a également une progression pour le sorgho pour 16.000 tonnes. Pour le maïs, nous avons une légère baisse par rapport à 2015 », a-t-il indiqué. Ces bonnes perspectives, le président Sall les attribue à un ensemble de facteurs.

« Concernant l’arachide, les surfaces emblavées ont connu une hausse avec 118.842 hectares dans la région de Kaolack. Pour l’arachide, le mil, les cultures pourront donner de très bons rendements. Pour les céréales, rien que pour la région de Kaolack, nous sommes à 192.000 hectares emblavés avec des rendements qui ont cru du fait des politiques de renouvellement du capital semencier, de diversification et d’adaptation par rapport aux aléas, du soutien sur les intrants –engrais et machines-. Le Sénégal va tout droit vers l’autosuffisance des céréales », a-t-il lancé. Le chef de l’Etat s’est félicité de la percée du riz de plateau dans le bassin arachidier. La tournée à Kaolack s’est terminée sous unepluie battante.

Par Mamadou GUEYE et Elimane FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags