Tournée du Directeur général de la Police nationale à Thiès, Diourbel, Fatick et Kaolack : Policiers et gendarmes exhortés à travailler en synergie

Durant trois jours, le directeur général de la Police nationale, Oumar Maal, en compagnie d’une forte délégation, a fait le tour des régions de Thiès, Diourbel, Fatick et Kaolack. Selon le communiqué de la Police, au-delà de la remobilisation, l’inspecteur général de police a insisté sur la sécurité des populations et leurs biens, la participation à la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière.

L’inspecteur général de police, Oumar Maal, a entamé une tournée de prise de contact avec les chefs de services régionaux de Police. La délégation était composée, entre autres, des directeurs de la surveillance du territoire et des personnels, des directeurs adjoints du budget et des matériels et de la sécurité publique, du chef du bureau des relations publiques. Cette visite, selon le directeur général de la Police nationale, s’inscrit en droite ligne de sa feuille de route déclinée lors de son installation à la tête de cette institution qui prévoyait d’aller sur le terrain échanger, dans la mesure du possible, avec tous ses collaborateurs afin de mieux s’imprégner de leurs conditions de vie et travail. Il a aussi saisi cette occasion pour « réarmer moralement ses troupes tout en leur rappelant leur devoir de sécurité vis-à-vis des populations et de leurs biens ». Le chef de la police a insisté sur « le respect du code de déontologie et des règles d’éthique professionnelle ».

La visite a débuté le 20 décembre au commissariat central de Thiès, puis au camp tropical, siège du Groupement mobile d’intervention (Gmi). Ensuite, c’était au tour de Tivaouane, Fatick et Mbour, « des localités hautement stratégiques à bien des égards », de recevoir la délégation. Dans la journée du 21 décembre, Bambey, Diourbel, Mbacké et Touba ont accueilli la délégation. Dans la capitale du Baol, M. Maal a sensibilisé le personnel tout en mettant l’accent sur la nécessité de mieux se comporter vis-à-vis du public pour lequel la police œuvre. « La police est au service des populations, elle se doit d’avoir un comportement irréprochable, d’éviter tout comportement agressif, que ce soit une violence verbale ou une violence physique », a-t-il soutenu. Il a aussi demandé aux policiers de changer de posture pour mieux appréhender le terrorisme qui est un « phénomène mondial auquel aucun pays n’échappe ».

Veille permanente

Par ailleurs, l’inspecteur général Maal a invité les forces de l’ordre à unir leurs forces. « On s’est rendu compte qu’assez souvent, il y a des heurts qui n’ont pas leur place entre policiers et gendarmes. La population qui est là, en tant que témoin, ne saurait nous pardonner ces écarts. Nous sommes tous  appelés à assurer leur sécurité et celle de leurs biens, et ce sacerdoce, nous ne pourrons le réussir dans la division, la mésentente. Nous devons travailler en parfaite synergie pour gagner cette lutte contre le terrorisme », a-t-il mis en garde. Insistant sur le terrorisme, l’inspecteur général de police a exhorté les agents « à rester vigilants et très alertes au cours des patrouilles pour ne pas avoir de mauvaises surprises ». Il a, enfin, invité les citoyens à s’impliquer, à tous les niveaux, à l’effort de leur sécurisation.

Le commissaire Maal de lâcher : « La loi de l’omerta doit être bannie de nos sociétés, on doit cultiver le réflexe de la dénonciation ». Le jeudi 22 décembre, au 3e jour de la tournée, le chef de la Police et sa délégation se sont rendus au poste frontalier de Keur Ayib puis à Nganda avant de terminer par le poste de Karang, tous trois localités frontalières avec la Gambie. Au cours des échanges avec ses hommes qu’il a encouragés pour « leur engagement et abnégation », il a été abordé les aspects sécuritaires liés à leurs missions spécifiques de contrôle des flux migratoires et de sécurisation des populations dans un contexte de lutte anti-terroriste et de lutte contre le crime transnational organisé. A ce propos, ces unités ont pris une part active dans le combat contre la coupe abusive de bois qui avait cours dans les forêts de ces localités. Oumar Maal a aussi abordé le rôle de « vitrine » que doit jouer la Police des frontières, premier contact avec les étrangers devant fouler notre sol.

Par la suite, la délégation s’est rendue au commissariat central de Kaolack. Le message a porté sur le renforcement des opérations de sécurisation, le maintien d’une veille permanente et la mutualisation des moyens pour une efficience des actions de lutte contre la criminalité sur ce territoire régional.

Ndiol Maka SECK et Mamadou DIEYE
 

Tags: 
Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags