Université virtuelle du sénégal : Les retards dans l’exécution des chantiers et la nouveauté freinent la bonne marche

Depuis sa mise en place, en 2013, l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs) fonctionne avec quelques difficultés liées aux complaintes récurrentes des étudiants ou aux retards dans l’exécution des chantiers. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, explique cela par la nouveauté du projet et quelques exigences du partenaire technique et financier.

Complaintes des étudiants, retards dans l’exécution des chantiers. La marche de l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs) n’est pas si aisée depuis sa mise en place, en 2013. Par exemple, des étudiants de l’Uvs basés à Kaolack avaient parlé de manque de moyens et d’encadrement. Lors de la tenue de la deuxième réunion du comité de pilotage du Projet d’appui à l’Université virtuelle du Sénégal, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Pr Mary Teuw Niane, a expliqué les complaintes des étudiants par la nouveauté de l’enseignement à distance au Sénégal. « La question que posent ces étudiants montre la difficulté qu’ils ont à saisir ce qu’est l’enseignement à distance. Ils n’auront pas de professeurs physiques.  C’est clair. Chaque jour, ils rencontrent des professeurs, mais sur le net. Ils ont des tuteurs et des professeurs qui font les cours. Ils font aussi des examens. D’ailleurs, le coordonnateur me disait qu’ils sont en période d’examens », a-t-il dit.

Avec 11.000 étudiants, l’Uvs accueille ses pensionnaires dans cinq centres ou Espaces numériques ouverts (Eno) basés à Dakar, Thiès, Saint-Louis, Kaolack et Ziguinchor. Les  filières d’enseignement sont aussi au nombre de cinq. Quant aux infrastructures, elles peinent à sortir de terre et à être terminées. Des difficultés que le Pr Mary Teuw Niane a mis sur le compte d’exigences du partenaire technique et financier (Ptf), la Banque africaine de développement, qui demandait « d’aller vers des études de détails » dans la mise en place des infrastructures que sont les cinq Eno de Dakar, Thiès, Saint-Louis, Kaolack et Ziguinchor et du siège de l’Uvs prévu à Diamniadio. « Il y a eu du retard. Ce sont des difficultés. Nous avons même eu à le souligner au Ptf. C’est sa perception de la mise en œuvre des projets d’infrastructures. Ce qui est heureux, c’est qu’après ce retard, le partenaire a fait des efforts qui ont permis d’accélérer l’achèvement des procédures au niveau des Eno. Nous espérons aussi l’accélération des procédures pour le siège à Diamniadio. Ce sont des projets qui ne durent pas longtemps, 12 mois à peu près. A la fin du mois de juillet 2017, nous aurons les infrastructures de la Bad avec l’Etat du Sénégal, les 5 Eno et le siège. Nous avons aussi déjà en cours 14 Eno financés entièrement par l’Etat du Sénégal », a-t-il indiqué.

Par rapport à l’accompagnement des étudiants de l’Uvs, le Pr Niane a parlé de distribution gratuite d’ordinateurs portables ou de tablettes à tous les étudiants ainsi qu’une connexion Internet gratuite. Avec actuellement 11.000 étudiants, l’Uvs compte porter ce nombre dans son plan stratégique à 50.000 en 2022 et ainsi devenir la deuxième université publique du Sénégal. 

Oumar NDIAYE
 

Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags