Kaolack/ Abondance des pluies enregistrées sur une partie du week-end. Plusieurs concessions envahies par les eaux, des familles entières déplacées

Malgré les mesures prises la semaine dernière par le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement à l’issue de sa visite aux sites touchés par les inondations, les pluies continuent de faire rage dans la commune de Kaolack comme sur le reste du département et dans la région. Pendant ces dernières 24 h, ces abondantes précipitations élevées à un cumul de 99 mm, ont causé d’importants dégâts matériels, dans la commune de Kaolack, et plongé certaines populations du département dans l’impasse. C’est en effet le cas dans commune de Keur Madiabel où les habitants sont restés pendant plusieurs heures complètement submergées. Dans cette commune qui ne dispose pas encore d’un plan fiable de drainage des eaux usées ou pluviales, les populations ont utilisé les vieilles techniques de conduite pour évacuer et porter hors de leurs périmètres d’habitation les larges rivières qui se sont vite installées lors des fortes pluies. Pendant plusieurs heures ces opérations se sont poursuivies et ont finalement permis de récupérer une bonne partie de leurs surfaces et autres maisons inondées. Il faut dire que ces pluies ont envahi plusieurs concessions à Kaolack commune et provoqué le déplacement forcé d’au moins une centaine de Familles. A Fatick, et précisément dans le département de Foundiougne, la piste Toubacouta/ Keur Saloum Diané/ Nioro Alassane Tall est coupée du reste du monde. Désormais pour rallier l’une de ces différentes communes à l’autre, il faut passer des heures et des heures, car on sera sans doute obligé de faire plusieurs détours entre les villages environnants. Dans la commune de Kaolack, où lors de la dernière visite du Ministre Serigne Mbaye Thiam, les riverains de la rivière de « Khakhoum » baignaient déjà dans les eaux, les choses se sont encore compliquées pendant ces dernières 24 h. Malgré la présence des équipes de pompage et la poursuite des opérations pendant plusieurs heures dans la zone, le quartier était toujours sous les marécages et restait couper en deux sur une partie entre Ngane Alassane et Ngane Saër. Déjà il y a plusieurs semaines, des dizaines de charretiers de tout genre confondus ont retourné leurs activités de routine dans ce coin où ils transportent des populations d’un point à l’autre moyennant la somme de 200 Frs par personne. A travers les incessants mouvements populaires concédés tous les jours, ces charretiers parviennent ainsi faire parfois plusieurs voyages et des économies allant de 5000 à 6000 Frs la journée. Outre les périmètres de « Khakhoum », Ngane Alassane et Ngane Saër, les quartiers de Dialègne, Abattoirs Ndagane, Parcelles Assainies sont également touchés par l’abondance des eaux. Par faute de pouvoir utiliser les anciens passages de leurs habitations, les populations se trouvent aujourd’hui dans l’obligation de faire plusieurs détours pour rallier un point à l’autre. Ou poser parfois des morceaux de pierre ou quelconque autre objet qui leur sert de marche dans leurs déplacements. Un petit tour sur les périmètres touchés suffit largement pour se rendre compte que dans la plupart des quartiers de Kaolack, les canaux de drainage des eaux usées et pluviales avaient fait le plein durant toute la journée, malgré l’intensité des opérations de pompage au niveau de certains points stratégiques.  Du côté de l’Administration nous signale t-on, des équipes sont depuis quelques jours envoyées sur le terrain pour le recensement conjoint des dégâts matériels causés par les intempéries et du nombre de personnes déplacées au sein des établissements scolaires ou logées quelque part chez un proche parent.

Auteur: 
Abdoulaye FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags