Kaolack/ Impact de la pluviométrie excédentaire sur les cultures. Seuls les périmètres proches des Bao-Bolong ou aménagés dans les bas-fonds sont menaces

Avec un cumul de relevés météorologiques prises dans la région de Kaolack et qui varient entre 381 mm (Thiaré), 629,1 mm (Gandiaye), 536 mm (Nioro), 583 mm (Wardiakhal) et 424, 9 mm (Guinguinéo) en la date du 10 septembre dernier la pluviométrie dans son ensemble est excédentaire dans la région de Kaolack. Même si présentement, beaucoup pensent qu’elle va générer des impacts négatifs dans la production agricole, la plupart des techniciens pensent le contraire. Car à part des périmètres situés à proximité des Bao-Bolongs, et au centre même des bas-fonds, la quasi-totalité des techniciens de la région confirment qu’il y a eu cette année une bonne répartition des pluies dans le temps et dans l’espace. Et aux techniciens d’ajouter que cette pluviométrie augure toutefois un impact positif sur la prochaine campagne agricole. Déjà le suivi régulier de la campagne agricole a montré que les premières vagues de semis sont en bonne maturité. La majeure partie qui concerne la seconde et la troisième vague de semis a également bénéficié d’une excellente pluviométrie. Selon toujours les techniciens, si cette tendance se poursuit et si l’on continue encore de recevoir des pluies comme dans le passé, on assistera à une bonne campagne agricole pour ce qui est de l’avenir. Toutefois dans certaines parties de la région comme les périmètres aménagés à proximité du Bao-Bolongs de Nioro et certains bas-fonds, quelques formes d’inondation se sont déclarées, mais à caractère minime. Car d’habitude, les bas-fonds ne sont guère adaptés à la culture et peu de producteurs s’aventurent à y mettre des semis. C’est en effet une situation qui ressort de la course effrénée aux terres. Les producteurs qui ne disposent pas assez de surfaces arables se trouvent aujourd’hui dans l’obligation de retourner vers les bas-fonds pour y développer des cultures. Si par hasard il y a une bonne pluviométrie comme cette année, beaucoup de risque de submersion très localisée se présentent dans ces espaces. Concernant cependant les champs aménagés en bordure des Bao-Bolongs, l’augmentation du niveau de remplissage du lit finit par se déverser dans ces espaces semées et provoque au niveau de certains point des inondations. Dans d’autres zones, le phénomène d’érosion hydrique provoqué au niveau de certains points de ravinement a aussi retenu d’attention de plusieurs acteurs car peut également envahir certaines vallées et provoquer des crues et autres destructions des périmètres.

Auteur: 
Abdoulaye FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags