Kaolack/ Mauvaise qualité des semences distribuées L’assemblée nationale prête à plaider la cause paysanne

La commission parlementaire chargée du développement rural qui était Vendredi dernier en visite dans le département de Kaolack s’est dit prête à défendre la cause paysanne pour ce qui agit de la qualité des graines qui ont été mises à la disposition des paysans à titre de semences. Et pour y parvenir, la commission parlementaire va saisir sans délai le ministre de l’Agriculture et certains de ses services afin que des correctifs soient diligentés dans les opérations de distribution des semences avant l’avancée de l’hivernage. En effet cette décision fait suite aux informations fournies par les organisations de producteurs et qui confirment que dans la plupart des collectivités rurales du pays, les semences distribuées aux paysans sont de mauvaises qualités et ne sont nullement distribuées en respect à la carte variétale. Mais le constat le plus dangereux selon le président de la commission cheikh Seck, est la réapparition sur le marché de certaines variétés de semences qui étaient abandonnées dans le passé et dont la présence aujourd’hui pourrait créer de nouveaux incidents dans la filière. Cette assistance aux producteurs s’articule aussi autour d’une incitation à l’Etat de retirer les agréments à tous les opérateurs incapables de fournir des semences en qualité et quantité et promouvoir en place ceux qui disposent le plus d’autonomie financière.  

   LA COMMISSION S’EST AUSSI ENGAGE A SAUVER « COPEOL »

Ainsi face aux difficultés nées de la précédente campagne de commercialisation 2019/2020, le poids du marché chinois sur le commerce intérieur et autres méfaits venus de la Covid19, la commission parlementaire du développement rural a aussi profité de son séjour, pour exprimer sa volonté de soutenir l’unité industrielle de « Copéol ». Il faut le préciser, cette décision est la finalité d’une précédente rencontre entre la commission parlementaire et la direction de « Copéol », tenue dans une perspective de relever les nombreux défis au sein de cette entreprise huilière. Il s’agira ainsi de rétablir le principe de la contractualisation au sein de la filière et favoriser le travail à tous les acteurs et la multiplication des produits dérivés à tous les niveaux de production. Ainsi pour le cas spécifique à la « Copéol », la commission parlementaire plaide le paiement de sa dette intérieure par l’Etat. Déjà avec le ministre de tutelle, toutes les dispositions pour aller droit vers ce besoin sont prises afin que la société industrielle « Copéol » puisse reprendre la trituration. Concernant cependant le cas des anciens employés précédemment renvoyés de l’entreprise pour raison de faillite, la commission du développement rural de l’Assemblée nationale compte ainsi s’impliquer dans le processus de réhabilitation de ces ex travailleurs. Car estimant que quand il y a relance de l’économie dans une boîte comme « Copéol », la priorité revient à ceux qui connaissent déjà la maison. Mais puis que la société comme d’autres compagnies d’ailleurs ont tendance à liquider  une partie de leurs personnels, l’idéal serait de les accompagner dans le sens de sauver toutes ces pertes d’emplois.

Auteur: 
Abdoulaye FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags