Mbirkilane/ Opérations de distribution des semences et intrants. Sevrée cette année de semences plus d’une centaine de villages reçoit plutôt de l’argent en lieu et place

Même si au niveau de certaines collectivités du pays les choses se déroulent normalement, sans incidents majeurs, les opérations de mise en place et distribution des semences et intrants a connu cette année des perturbations peu fréquentes. Plusieurs centaines de villages du département de Mbirkilane, particulièrement situées dans la commune de Djamal ont pas encore reçu leurs dotations en semences et intrants au moment où les premières précipitations commencent déjà à arroser certaines parties du pays. Ces nombreux paysans qui recevaient avant-hier Mercredi dans le village de Kébé thièhène la délégation du mouvement « Aar Sunu Momeel » que conduisait son président Bassirou Bâ alias « Toucouleurou Baay » ont ainsi annoncé que personne parmi les producteurs des villages de la commune de Djamal n’a reçu une seule graine de semences depuis le déclenchement des opérations de distribution les semaines passées. Les chefs de villages qui sont naturellement les récipiendaires des semences pour chaque village recensé disent avoir  plutôt reçu de l’argent comme s’ils étaient alors soumis à la force d’aller eux-mêmes trouver des graines pour leurs protégés. Une denrée quasi rare aujourd’hui dans le monde rural et à laquelle les paysans disposent encore peu de chance pour en trouver encore moins en faire des semences. Sans détour ni aucun tâtonnement, les paysans du département de Mbirkilane ont pointé un doigt accusateur aux opérateurs de la filière. Ainsi dans leur propre appréciation, ces opérateurs ont annoncé et promis à l’Etat des tonnes de semences qu’ils n’ont guère disposé. Les magasins et autres greniers qu’ils ont déclaré avoir rempli n’ont jamais existé. Ainsi dans ces accords précis, les paysans de Mbirkilane accusent les opérateurs de toujours se baser sur des leurres et autres formes de mensonges pour convaincre et surtout décrocher de l’Etat un marché qu’ils ne peuvent nullement faire fonctionner. Sur le terrain, les paysans disent avoir remarqué que les opérateurs font signer en bonne et due forme les fiches de réception aux chefs de villages et trompent dés fois la vigilance de l’Administration territoriale, laquelle n’a aucune alternative que de se baser sur les rapports des chefs de village. Ainsi pour rappel, ces villages de la commune de Djamal dont les noms suivent devaient recevoir chacun son propre quota : Ngor Diélène Mouride 29 tonnes, Ngor Diélène Tidiane 6, 6 tonnes, Kébé Keur Layène 14, 6 tonnes, Keur Ismaïla un reliquat de 7 tonnes, le village de Mbane la même chose même si le tonnage requis n’est pas donné. En place et lieu, ces villages ont tous été compensés par des sommes d’argent suivant un barème parfois proportionnel, souvent non proportionnel racontent les populations, les principales bénéficiaires. Cette nouvelle dotation est calculée en moyenné 20.000 Frs par groupe de 100 personnes ont-elles ajouté. Dans d’autres communes comme Kathiote, le village de Santhie Keur Ngoné, celui de Mbellé Diouma et d’autres villages environnants n’ont pas encore reçu leurs semences

Tags: 
Auteur: 
Abdoulaye FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags