Menace de dissolution de Pastef: la plate-forme Nay Leer de Pape Simakha « brûle » Antoine Diome

Pape Simakha, coordonnateur de la plate-forme Nay Leer n’a pas mis de gants pour tirer à boulets rouges sur le ministre de l’Intérieur qui menace de dissoudre PASTEF, formation politique de Ousmane Sonko. Dans cet entretien avec la presse, M. Simakha fustige les propos du ministre de l’Intérieur et accable Macky Sall qu'il qualifie « d’obnubiler du troisième mandat ».

 « M. le ministre Felix Antoine Diome, respectez les Sénégalais de l’extérieur. Aujourd’hui, chaque Sénégalais où qu’il se trouve, au Sénégal comme à l’étranger, a le droit de participer au financement de la formation politique à laquelle il adhère. Pourquoi M. le ministre Antoine Diome se lève un bon jour pour sortir un arrêté menaçant de dissoudre PASTEF si les fonds collectés dans la Diaspora ne souffrent d'aucunes irrégularités. Je rappelle donc que si le président Wade avait usé de ce stratagème, Macky Sall n’allait pas devenir président. Mieux, dans des vidéos, on l'a entendu dire qu’il n’avait pas les moyens de financer une campagne et qu’il a dû faire recours à des fonds collectés par des Sénégalais de l’extérieur" rappelle Pape Simakha. 

" À Matam, Macky Sall a clairement dit qu’il a été aidé par des Sénégalais de la Diaspora à l’image de Harouna Dia, grâce à des chèques. C'est lui qui l’a dit. Alors, à quelle fin on veut mettre à jour les dispositions constitutionnelles sur le financement des partis politiques ? Cette interrogation a tout son sens dans la mesure où certains Sénégalais ont du mal à comprendre le communiqué du ministre de l’Intérieur. Est-ce un prétexte pour liquider Ousmane Sonko ? Après avoir embastillé et exilé Karim Wade, emprisonné Khalifa Sall, il ne reste plus au président Macky qu’à liquider Sonko. Mais c’est peine perdue parce que les Sénégalais ne l’accepteront jamais " ajoute le coordonnateur de la plate-forme Nay Leer/Sénégal. 

Cependant, il faut savoir que tous les actes posés par le président Macky Sall sont guidés par une logique de troisième mandat », fulmine Pape Simakha. Le coordonnateur de Nay Leer de rajouter : « Aujourd’hui, logiquement, Sonko est le leader de l’opposition après le départ de Idrissa Seck. Nay Leer va sonner, ainsi, la riposte pour faire face à cette injustice que l’on veut infliger à Sonko. Je précise que nous ne sommes pas de PASTEF, nous avons notre plate-forme ; et si cette injustice s’abat sur Sonko, un autre pourrait en faire les frais plus tard. Nous comprenons aisément pourquoi Macky Sall a limogé Aly Ngouille au profit de Félix Antoine Diome. Il veut tout simplement truquer les prochaines élections par le canal du nouveau ministre de l’Intérieur. "

" Et puis quoi que l’on puisse dire, Sonko finance ses activités grâce aux fonds collectés par des citoyens, alors que les ministres et Directeurs généraux de Macky Sall utilisent les moyens de l’Etat à des fins politiques. M. le président, demandez plutôt à Antoine Diome de mettre un terme à cette gabegie des responsables du régime. Aujourd’hui, les véhicules de l’Administration sont banalisés et utilisés comme moyens de campagnes électorales, le foncier de la Société Dakar Dem Dikk spolié pour faire la permanence de l’Apr. Si c’était un opposant qui en avait fait la demande, il ne l’aurait pas eu. Des bus de Dakar Dem Dikk ont été mobilisés pour la campagne de Macky Sall. Tout compte fait, Nay Leer appelle les Sénégalais à la mobilisation pour barrer la route à Antoine Diome. » Pour rappel, le leader de Nay Leer s’exprimait depuis Kaolack.

Tags: 
Auteur: 
Babacar Touré

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags