Recherches agricoles : 7 nouvelles variétés d’arachide homologuées

Dans son rapport d’activités 2016, le Fonds national de recherches agricoles et agro-économiques (Fnraa) révèle que 7 nouvelles variétés d’arachide qui ont des performances agronomiques et techniques ont été homologuées par l’Isra. Ce sont des variétés à « cycle court »  et ont une « très bonne productivité ». 

L’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra) a mené, en collaboration avec l’Asprodeb et des coopératives de semences d’arachide des localités de Mékhé, Paoskoto, Wack Ngouna, Kahi… des tests d’évaluation et de démonstration des nouvelles variétés d’arachide, indique le Fonds national de recherches agricoles et agro-alimentaires (Fnraa) dans son rapport d’activités 2016. Ces tests ont abouti à l’homologation de 7 nouvelles variétés. Selon le document, il s’agit des variétés « Sunu gaal », « Taruu », « Tosset et Rafeet Car », « Yaakar », « Essamaye » et « amoul morom ».

Ces nouvelles variétés « sont plus productives » et ont des cycles « plus courts ». Par exemple, « Sunu gaal » est une variété à cycle court qui a besoin de 90 jours pour produire de bons rendements. Cette variété est recommandée  aux agriculteurs des régions de Louga, Thiès, Diourbel et Fatick. Selon les caractéristiques  techniques et agronomiques, « Sunu gaal » a « une grosseur de graine supérieure à 50 grammes pour 100 graines comparativement à la variété de référence 55-437 (40g/100 graines) », explique le Fnraa. « Taaru » est aussi une variété à cycle court qui a un potentiel de production de 2,5 tonnes à l’hectare de gousses et 3,5 tonnes à l’hectare de fanes. D’après le document, ce qui différencie « Taaru » aux autres variétés, c’est qu’elle a une « dormance des graines fraîches ». « Cette caractéristiques est très intéressante puisqu’elle permet d’éviter les pertes importantes (20%) de rendement en gousses liées aux repousses notées chez les variétés comme Fleur 11 et 55-437. Elle est la première variété à cycle court produit en Afrique de l’Ouest », révèle le Fonds national de recherches agricoles et agro-alimentaires.

Quant à la variété « Yaakar » qui signifie « espoir », le Fnraa indique qu’elle est « source d’espoir dans un système agricole intégré » car elle se caractérise par sa « très bonne productivité en fanes ». Elle est même, souligne le rapport, la variété qui a « une productivité de fanes supérieure à celle notée chez toutes les autres variétés jusqu’ici cultivées au Sénégal ». Cette variété est recommandée aux agriculteurs de la zone agro-sylvopastorale mais aussi des régions de Diourbel, Fatick, Kaffrine et de Kaolack.

Pour la variété « Amoul morom » le cycle est plus long ; 120 jours. Sa culture est  recommandée dans les régions de Kaolack,  du Sénégal oriental et de la région naturelle de la Casamance qui enregistrent plus de précipitations. Elle résiste aux cercosporioses et a un potentiel de rendement de 2,5 tonnes à l’hectare en gousses et 3,5 tonnes à l’hectare en fanes. « Essamaye »  qui est la variété à cycle intermédiaire  (105 jours) est recommandée aux paysans de la région naturelle de Casamance, du sud de la région de Kaolack et ceux du Sénégal oriental. Cette variété résiste « à la rosette et aux cercosporioses ». Les variétés « Tosset et Rafeet car » sont les deux variétés d’arachide qui ont le calibre de graines le plus élevés pour les variétés à cycle court avec un calibre de 70 grammes pour le poids de 100 graines. « Elles peuvent être très intéressantes pour la sous-filière arachide de bouche et dans un système intensif », ajoute le Fnraa qui recommande cette variété aux agriculteurs de la Vallée du fleuve Sénégal ou ceux qui pratiquent l’agriculture irriguée.

A. Ng. NDIAYE

Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags